Attaque de Sousse : L’agent de la Garde nationale qui a refusé d’utiliser son arme risque d’être limogé

Attentat de SousseUn agent de la garde nationale présent sur les lieux du crime le jour de l’attaque de Sousse, vendredi 26 juin, risque d’être limogé a annoncé le journal britannique The Independent dans son édition du mercredi 2 juin.

L’agent en question a été interrogé par les forces de l’ordre dans l’enquête qui a suivi cette attaque terroriste faisant 38 morts et 39 blessés parmi les touristes présents à l’hôtel Imperial Marhaba à Sousse.

Mehdi Jemmali, qui travaille à la base nautique adjacente à l’hôtel Imperial Marhaba avait témoigné après le drame à Webdo qu’après quelques minutes de l’attaque, deux agents de la garde nationale sont arrivés mais qu’ils avaient peur et ne voulaient pas aller affronter le terroriste.

[quote_box_center] »On a réussi à en convaincre un de venir avec nous à l’intérieur de l’hôtel mais il a refusé d’utiliser son arme parce qu’il n’avait pas de gilet pare-balles. Un des employés de l’hôtel a alors pris l’arme et s’est dirigé vers le terroriste. Mais ne sachant pas l’utiliser, il l’a enrayée. »[/quote_box_center]

L’employé en question a été confondu par les touristes comme étant le second tireur en compagnie du terroriste Seifeddine Rezgui abattu par la police, et a également été interrogé par les enquêteurs. « Il se serait rendu volontairement au poste de police », a affirmé un de ses amis au journal britannique.

Le porte-parole du ministère de l’intérieur Mohamed Ali Aroui avait infirmé cette hypothèse mercredi 1er juillet confirmant qu’il n’y avait qu’un seul tireur et que « les balles qui ont tué les victimes de l’attaque de Sousse proviennent de la même arme. »

 

 

Commentaires:

Commentez...