« Soudeur » : Un métier d’avenir, selon le chef du gouvernement

Qu’est-ce que je pourrais bien devenir ? Médecin, ingénieur, avocat ? Une question que chacun de nous se posait quand nous étions tout petits.

On en jouait même aux jeux de professions avec du papier roulé. Les uns rêvaient de guérir l’humanité, les autres de construire des jardins en terre, d’autres aspiraient à défendre les opprimés, les plus ambitieux rêvaient de devenir présidents afin de préserver une société honorable… Mais aujourd’hui, on ne peut, on ne doit songer qu’aux choses possibles : camionneur, bûcheron, soudeur.

« Dans notre pays, nous n’avons pas assez de soudeurs », a affirmé le chef du gouvernement. « Pourquoi ne serait-on pas soudeurs ? C’est un métier indispensable, nous en aurons besoin. » Ce qui l’étonne en plus c’est que beaucoup de diplômés qui se trouvent sans travail refusent de faire les métier manuels.

Certes, tous les métiers sont utiles, il n’est point de sot métier. Mais là, ne pensez-vous pas que ce soit un peu frustrant pour un jeune qui a fait plus de dix-sept ans de scolarité d’exercer un métier qui n’est pas en rapport avec ses ambitions ni avec ses convictions ? N’est-il pas permis aux fils du peuple de prétendre à un avenir brillant ?

« >Soudeur !? Peut-être oui, pour « déplomber » certains esprits. Monsieur, vous êtes le mieux placé pour souder une société qui a été désintégrée pendant soixante ans. Un gouvernement puissant a disparu, il y a cinq ans, motif : « El Hogra » du « petit peuple » !

Commentaires:

Commentez...