A Tunis : Troll, courrier fouillé, pneu crevé, des journalistes français en parlent

Tunis | Depuis l’attaque meurtrière au musée du Bardo, le mercredi 18 mars, Elodie Auffray, correspondante à Tunis du quotidien français Libération, a été la cible de plusieurs critiques et trolls d’internautes tunisiens, après la publication de son article « C’est fini la Tunisie, c’est fini le tourisme. »

La député Saida Ouinissi a qualifié ce titre de « honteux ».

Quelques heures plus tard, suite aux nombreuses critiques, le quotidien a justifié, dans une petite note, le choix du titre par une « citation recueillie sur place », explication reprise par la journaliste six jours plus tard dans un autre article « A propos d’un titre sur la Tunisie ». Libé a aussi fini par changer le titre contesté.

Alors que les Tunisiens vivaient un drame national, le président de la République Béji Caid Essebsi a réagi aussi au titre annonçant la « fin de la Tunisie » allant jusqu’à dire à Elodie Auffrey « C’est toi qui est finie » lors de son discours du 20 mars puis lors d’une interview avec des médias français dimanche dernier : « C’est peut-être vous qui êtes finie, mais la Tunisie reste debout, » a-t-il répété.

Camille Lafrance, une autre correspondante française pour Radio France International (RFI) à Tunis, a publié, ce mardi 24 mars, une image montrant son courrier du jour ouvert avec la note « Merci de ne plus ouvrir mon courrier. Si vous cherchez des informations, n’hésitez pas à écouter RFI, ou adressez-vous directement au commissariat du coin, ils sont prévenus. »

« C’est depuis un an que cela dure », nous a-t-elle affirmé, toutefois, elle n’a pas porté plainte. Ces pratiques rappellent celles de la police politique en Tunisie, avant la révolution, notamment vis-à-vis des journalistes étrangers.

[quote_box_right]

« Suite à mon papier sur le fiasco sécuritaire, coup de couteau dans mon pneu avant gauche. Il a explosé avenue Mohamed V… »

[/quote_box_right]

Benoit Delmas, correspondant français du journal Le Point à Tunis, a répondu à la journaliste de RFI sur facebook révélant qu’après la publication le 20 mars après le drame, de son article intitulé « Tunisie : l’attaque du musée du Bardo, un fiasco sécuritaire », son pneu a été crevé.

DELMAS

 


NB : Nous avons contacté M. Delmas sur facebook pour comprendre le lien entre le pneu crevé et l’article mais nous n’avions pas eu de réponse, bien qu’il ait vu notre question.

Commentaires:

Commentez...