Arabie Saoudite : Un défenseur des droits de l’Homme condamné à 10 ans de prison

Mohammed al-Bajadi
Mohammed al-Bajadi

Un membre fondateur d’une des rares associations de défense des droits de l’Homme en Arabie saoudite a été condamné à dix ans de prison, a indiqué ce mercredi 11 mars, une organisation régionale défendant également les droits humains, selon l’AFP.

Le jugement contre Mohammed al-Bajadi a été prononcé le 5 mars à Riyad par une « cour criminelle spécialisée » dont les compétences couvrent le terrorisme, a précisé le Gulf Center for Human Rights (GCHR), qui a des bureaux à Beyrouth et à Copenhague.

M. Bajadi est l’un des fondateurs de l’Association pour les droits civils et politiques (ACPRA) en Arabie saoudite. La cour a prononcé une peine de dix ans de prison, cinq ans ferme et cinq ans avec sursis, a indiqué le GCHR, précisant que le militant avait été jugé « sans préavis » et sans avoir pu contacter ses avocats.

M. Bajadi, âgé d’une trentaine d’années, était accusé notamment d’avoir acquis des livres interdits, organisé une manifestation de familles de détenus et diffusé des documents susceptibles de « troubler l’ordre public », a expliqué le centre.

Selon un rapport publié en octobre par Amnesty International, les autorités saoudiennes ont « ciblé un à un les membres fondateurs de l’ACPRA, dans une tentative implacable pour démanteler l’organisation et faire taire ses membres ».

Cette nouvelle condamnation fait suite à celle du blogueur saoudien Raif Badawi, condamné, le 9 janvier dernier, à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour « insulte envers l’islam ». Il pourrait être condamné à mort, selon son épouse, Ensaf Haidar, qui a rapporté la nouvelle sur sa page Facebook.

La famille de Raif Badawi, réfugiée à Sherbrooke au Canada a appris que la Cour suprême de l’Arabie saoudite aurait recommandé qu’on accuse le blogueur d’apostasie, un crime puni par la décapitation en public.

Une pétition a été lancée par Amnesty International France afin de mettre fin au châtiment dont il fait l’objet.

Commentaires:

Commentez...