Tunisie : Les revendications matérielles des enseignants estimées à 205 millions de dinars

Tunis | Les enseignants du secondaire ont entamé, ce lundi 2 mars, une grève protestant le déroulement des négociations avec le ministère de l’Education, entre autres, au sujet de « revendications matérielles ». D’après Mondher Dhouib, directeur général de l’enseignement secondaire au sein du ministère de l’éducation, le montant de ces revendications matérielles des enseignants est estimé à 205 millions de dinars.

  • Prime de l’examen
  • Prime de production
  • Prime pédagogique
  • Prime de risque
  • Prime de déplacement
Les revendications des enseignants

Mondher Dhouib, directeur général de l’enseignement secondaire au sein du ministère de l’éducation, nous a déclaré que les revendications des enseignants n’incombent pas au ministère de l’Education mais plutôt à la présidence du gouvernement et au ministère des Finances.

[quote_box_center] »Les revendications des enseignants se catégorisent en deux, celles qui ont un caractère procédural et avec lesquels on pourrait réagir positivement, et celles qui regardent les moyens de paiement aux enseignants et dont les prérogatives et les décisions reviennent à la présidence du gouvernement et au ministère des finances. »[/quote_box_center]

[quote_box_center]

M. Dhouib a précisé que ces revendications concernent 70.000 enseignants du secondaire en Tunisie. Les primes demandées sont estimées à 205 millions de dinars. Actuellement, le ministère de l’éducation mène des pourparlers avec la présidence du gouvernement afin de trouver des solutions adéquates à cette crise

[/quote_box_center]

Le directeur général de l’enseignement secondaire a ajouté que le ministère avait demandé samedi dernier la « suspension de la décision de mener une grève » mais le syndicat de l’enseignement secondaire/UGTT avait refusé. Le syndicat avait aussi indiqué que les jours perdus de grève seront remplacés au cours de la semaine prochaine.

Le syndicat de l’enseignement secondaire insatisfait des négociations

Lasâad Yaacoubi, président du syndicat de l’enseignement secondaire, considère que les négociations avec le ministère de l’éducation ne sont pas à la hauteur de l’attente du syndicat et des enseignants affirmant qu’ils continueront à débattre jusqu’à trouver un accord qui satisfait toutes les parties.

[quote_box_center] »Les enseignants du secondaire ont formulé plusieurs revendications dont la prime de contrôle des examens, fixée à 3750 millimes par mois, un montant que nous considérons comme une offense aux enseignants. Les autres revendications des enseignants sont la prime de production, la prime pédagogique, la prime de risque, la prime de déplacement, ainsi que de trouver un cadre juridique et législatif pour la réforme de l’éducation. »[/quote_box_center]

Le syndicat avait en effet estimé, dans un communiqué, le 28 férvrier, que « la proposition du ministère de l’Education de doubler la prime de contrôle des examens, estimée à 3.750 millimes par mois, est une nouvelle humiliation de la part du ministère envers les enseignants de l’enseignement secondaire. »

M.Yaacoubi a rajouté que des enseignants ont été victimes de violences, de la part d’inconnus, ce lundi dans certains lycées de la région de Monastir et de Kasserine et qu’on a demandé au ministère de faire appel à une présence policière afin d’assurer la sécurité des enseignants. « Cette violence est le résultat d’une politique de provocation créée par le ministère lui-même » accuse-t-il.

Commentaires:

Commentez...