La justice égyptienne ordonne la libération sous caution des journalistes d’Al-Jazeera

journalistes Al-Jazeera - credit AP
Photo d’archives | crédit AP

Deux journalistes d’Al-Jazeera, Mohamed Fahmy et Baher Mohamed, ont été libérés sous caution, ce jeudi 12 février, par un tribunal pénal du Caire, après avoir passé plus d’un an en prison.

Le tribunal a, en effet, ordonné, lors d’une nouvelle audience, la libération des deux journalistes d’Al-Jazeera, rapporte le journal égyptien Al Ahram online. La prochaine audience dans ce procès a été fixée au 23 février.

La remise en liberté du Canadien Mohamed Fahmy a été obtenue en échange d’une caution de 250.000 livres égyptiennes (33.000 dollars).

Lors d’un premier jugement en juin dernier, l’Australien Peter Greste, Mohamed Fahmy, égypto-canadien et l’Egyptien Mohamed Baher, tous trois journalistes d’Al-Jazeera, avaient été condamnés sur des accusations de diffusion de fausses nouvelles.

Dix-huit accusés dans l’affaire, y compris les trois journalistes, avaient été condamnés. Onze avaient été jugés par contumace. Peter Greste et Mohamed Fahmy avaient écopé de sept ans de prison et Baher Mohamed avait été condamné à dix ans, mais la Cour de cassation a annulé ces condamnations en janvier dernier et ordonné un nouveau procès dans cette affaire.

Peter Greste a été libéré et expulsé vers son pays d’origine, le 1er février dernier en vertu des dispositions d’une loi nouvellement émises permettant aux étrangers d’être expulsé de purger leur peine ou être rejugé dans leur propre pays.

Mohamed Fahmy a renoncé, le 3 février dernier à sa nationalité égyptienne afin de faciliter son expulsion de l’Egypte vers le Canada.

Commentaires:

Commentez...