Tunis : Slim Chaker, désigné ministre des Finances, poursuivi en justice selon Abbou

Slim Chaker
Photo : Slim Chaker

Tunis | Slim Chaker, désigné ministre de Finances, ce lundi 2 février, est poursuivi en justice, suite à une enquête de la Cour des Comptes, révèle l’avocat et président du parti du Courant démocratique Mohamed Abbou.

[quote_box_center]

« Nous avons adressé une lettre à M. le chef du gouvernement concernant le ministre des Finances, M. Slim Chaker. Nous n’avons pas dit qu’il a commis un crime, nous avons dit qu’il est suspecté d’avoir commis un crime. Etre ministre des Finances, c’est un poste très délicat. Il est innocent jusqu’à preuve du contraire mais il y a actuellement une inspection. Quand vous lisez le dossier, vous vous rendez compte qu’il est assez solide. Il ne connaissait pas la loi des appels d’offres. Ceux qui l’accusent… C’est la Cour des comptes elle-même qui a découvert cette anomalie. Il est accusé de n’avoir pas respecté les procédures, nuisant aux intérêts de l’administration, et ce d’une manière préméditée… Normalement, il ne doit pas être ministre. En 2011, nous avons fait  pression pour qu’il soit éloigné du gouvernement. Pourquoi ? Parce qu’il est suspecté, » affirme Abbou, ce lundi 2 février, sur radio Express FM.

[/quote_box_center]

Lors de la première composition d’Essid, du 23 janvier, Slim Chaker avait été désigné ministre du Commerce. Finalement, il a été placé à la tête du ministère des Finances par Habib Essid, à la place de Lassâad Zarrouk

M. Chaker, de Sfax, était secrétaire d’État chargé du Tourisme avec Mohamed Ghannouchi puis ministre de la Jeunesse et des Sports en 2011 au sein du gouvernement de Béji Caïd Essebsi. Leader au parti Nidaa Tounes, il est chargé des programmes économiques et sociaux

Commentaires:

Commentez...