Le procès des martyrs de Douz reporté au 19 février

Le procès des martyrs de Douz a été reporté au 19 février, nous a annoncé l’avocat des familles des martyrs, Me Charfeddine Kellil, ce jeudi 8 janvier.

La deuxième audience du procès s’est déroulée, ce jeudi à la cour d’appel militaire de Tunis, en présence des deux accusés, Makrem Khayachi et Lotfi Ouled Amor, qui était le commissaire de police à Douz lors des événements de janvier 2011 ayant coûté la vie à Hatem Ben Tahar et Riadh Ben Aoun, deux citoyens tunisiens tués le 12 janvier 2011.

 Les accusés en état de liberté

L’avocat Charfeddine Kellil nous a fait part de son amertume quant à ce qui s’est passé durant l’audience et s’est montré pessimiste vis-à-vis du jugement que réserve le tribunal militaire.

[quote_box_center]

Les deux accusés sont venus à l’audience en état de liberté bien qu’ils encourent une peine de prison de 15 ans infligée par le tribunal militaire de Sfax. L’interrogatoire était superficiel et n’a duré que 11 minutes pour des personnes accusées de meurtre, digne d’un interrogatoire pour vol. Je suis dépité du travail de la justice militaire et je pense que le verdict pour cette affaire est déjà prêt. Je n’ai pas le moindre espoir que justice soit rendue aux familles des martyrs et que la vérité soit divulguée.

[/quote_box_center]

M. Kellil a ajouté qu’il existe des signes négatifs qui ne les empêcheront pas de continuer de défendre leur droit et que les assassins doivent être jugés malgré que les chances sont minimes.

[quote_box_center]

Il y a des décisions militaires qui ont été pourvues en cassation, le tribunal d’appel militaire enfreint la loi, s’il n’applique pas la loi quel est son but ? Ne pas rendre des comptes, régler l’affaire…

[/quote_box_center]

Depuis le début des audiences en 2011, Charfeddine Kellil n’ a raté aucune audience. La persévérance des familles des martyrs qui attendent le jugement et qui se déplacent, à chaque fois, malgré les problèmes financiers, la veille de l’audience depuis Douz vers Tunis et ce malgré les reports consécutifs, exhorte l’avocat à continuer son soutien pour que justice soit faite.

Le frère de Hatem Ben Tahar : Les « meurtres avec préméditation » sont devenus des « meurtres par erreur »

Nous avons contacté par la suite le frère du martyr Hatem Ben Tahar, monsieur Fadhel Ben Tahar qui nous a fait part de sa déception, lui aussi, suite à cet énième report, et inquiet suite au changement politique en Tunisie, suite à l’élection de Béji Caid Essebsi en tant que président de la République le 21 décembre et la désignation d’un ancien du régime, Habib Essid, en tant que chef du gouvernement.

[quote_box_center]

C’est une souffrance. Nous nous sommes déplacés la veille, mercredi 7 janvier, de Douz à destination de Tunis, mais voilà que l’audience est encore une fois reportée au 19 février. Ils veulent lasser les gens. Depuis le 12 avril 2014, il n y a plus d’espoir ni d’optimisme. Les derniers changements politiques n’inspirent pas confiance, ceux qui gouvernent ne parlent plus des martyrs, nous n’avons plus le soutien des politiciens, des associations civiles. Cette affaire est devenue négligée, six personnes uniquement ont assisté à l’audience aujourd’hui, même les médias n’y étaient pas. Cette affaire est close depuis le 12 avril 2014 suite au passage des accusations d’un meurtre avec préméditation à un meurtre par erreur, mais aussi à la non mobilisation de l’opinion public.

[/quote_box_center]

Avant les élections législatives du 26 octobre 2014,  plus de 60 familles des blessés et martyrs de la Révolution tunisienne ont voyagé pour organiser une marche à Tunis.

« Oubliée des programmes des partis politiques, la cause des familles ne semblent plus les intéresser », s’est alors indignée l’avocate Leila Haddad.

Par ailleurs, les familles ne lâchent pas l’affaire et les rares avocats qui les défendent encore, quatre ans depuis la révolution, persévèrent malgré tout. La prochaine audience de l’affaire des martyrs de la Révolution de Douz aura lieu le 19 février prochain à la cour d’appel militaire de Tunis.

Commentaires:

Commentez...