« Recoba » s’adresse à Moncef Marzouki : « Ne recule pas docteur, n’abandonne pas »

Dans une vidéo parue ce mardi 23 décembre sur Facebook, Recoba, personnage phare de la Ligue de Protection de la Révolution (LPR), s’est adressé au président sortant Moncef Marzouki qu’il soutenait durant la campagne électorale du second tour des élections présidentielles.

« Recoba » rappelle à Moncef Marzouki pourquoi les « jeunes de la révolution » l’ont soutenu.

[quote_box_center] »Nous sommes derrière toi parce que t’es un « homme », parce que tu as soutenu la révolution tunisienne, que durant ton discours au Colisée tu as affirmé que tu vas continuer le discours « révolutionnaire » et qu’il n’y aura pas de possibilité de discuter avec les membres de l’ancien régime ».[/quote_box_center]

« Ne te laisse pas influencer par le dialogue national, et les présidents des partis qui ont trahi la révolution et nous ont vendus et balancés au RCD ».

« Recoba » a aussi fait référence au slogan utilisé par Moncef Marzouki lors de sa campagne électorale pour le second tour : « Nous vaincrons et nous vaincrons ! »

[quote_box_center] »Nous vaincrons par quoi ? Par nos actes, nos discours, par nos envies, notre force. Docteur Marzouki, nous étions avec toi parce que tu as défendu la révolution tunisienne et tu étais son garant, et si tu vas te soulever contre la révolution alors tu leur ressembles. »[/quote_box_center]

Suite à l’annonce des résultats, les citoyens du sud de la Tunisie ont protesté en masse, à El Hamma, Regueb, Tataouine et au Kram, contre la victoire de Béji Caid Essebsi aux élections présidentielles.

Pour « Recoba » ces villes se sont révoltées parce qu’elles « voyaient en Moncef Marzouki le leader de la révolution tunisienne ».

[quote_box_center] »À bas l’entente nationale, à bas le dialogue national, à bas les élections et vive la révolution tunisienne. »[/quote_box_center]

Rappelons que Marzouki a accueilli « Recoba » et des membres de la Ligue de Protection de la Révolution au palais de Carthage le 12 janvier 2013, chose que les partisans de Béji Caid Essebsi ainsi que des membres du parti Nidaa Tounes lui ont reproché lors de la campagne électorale du second tour des élections présidentielles.

Imed Dghij, autre membre phare des LPR, était, dimanche 21 décembre, parmi les observateurs du candidat Moncef Marzouki dans un des centres de vote au Kram, ce qui a provoqué des protestations de la part d’autres observateurs présents sur place.

Commentaires:

Commentez...