Le président de Atide affirme que la société civile tunisienne révèlera les dépassements lors des élections

Moez Bouraoui, présent à la conférence de la MOE de l'UE. 28 oct.2014 Tunis. Lilia  Weslaty | WEBDO.tn
Moez Bouraoui, présent à la conférence de la MOE de l’UE. 28 oct.2014 Tunis. Lilia Weslaty | WEBDO.tn

Suite à la conférence de presse de ce matin, mardi 28 octobre, de la mission d’observateurs électorales  (MOE) de l’Union européenne,  Moez Bouraoui, président de l’association Atide, a affirmé que les principales conclusions de la MOE « n’ont rien à voir avec celles de la société civile tunisienne ».

D’après lui, comme en 2011, la méthodologie la MOE de l’UE a été similaire au scrutin du 26 octobre 2014. Alors que la société civile tunisienne était présente dans la totalité des bureaux de vote, en Tunisie, et d’une manière permanente, les observateurs européens ne l’étaient pas.

« On ne peut pas comparer ces observations à une observation faite par un nombre extrêmement restreint d’observateurs qui ne dépassent pas la centaine, et qui ont observé environ 500 bureaux de vote, pour une durée d’à peine, 15, 20, 30 minutes par bureau, »a-t-il dit.

En effet, 28 observateurs de courte durée, en provenance des 28 États membre de l’Union européenne, et comme d’autres pays, la Norvège, la Suisse et le Canada, ont été déployés dans  seulement 559 bureaux de vote.

M. Bouraoui a fait remarquer également qu’ « on ne peut être à la fois juge et parti, parce qu’on sait pertinemment que l’ISIE est aussi conseillée par des techniciens attachés à l’UE », « on ne va pas en gros critiquer l’administration électorale, on l’assiste, je fais confiance à la mission d’observation dans sa neutralité et dans son intégralité. Ceci étant dit, il y a la société civile tunisienne, qui dira son mot, notamment l’Atide, pour le 31 octobre, dans le cadre d’une conférence de presse », a-t-il poursuivi.

Le président de Atide a aussi souligné que « les missions étrangères qui sont venues observer les élections n’ont aucune connaissance de ce qui s’est passé à l’étranger ».  « Je veux dire les élections tunisiennes à l’étranger, là où il y a eu beaucoup de défaillance », a-t-il ajouté, « les problèmes rencontrés à l’étranger pourrait annuler des votes dans certaines circonscriptions ».

Alors que la  MOE avait déclaré, aujourd’hui, qu’elle n’avait pas de preuves d’achat de voix, le président d’Atide a assuré que son association détient bien des preuves, des dons de nature : « On a plus que çà, et on a montré lors d’une conférence de presse le 23 octobre, avec preuve, le chèque carrément, c’est ce qu’on appelle l’illustration de la campagne électorale et faire la politique de l’autruche ».

Selon M. Bouraoui, « au palais de justice, à Khzema dans la ville de Sousse, une personne rattachée à un parti politique est arrivée le jour du scrutin et a distribué de l’argent à des personnes.  La dame du centre de vote, c’est elle qui a saisi le cas, et qui a appelé les flics. Ces derniers ont fait le nécessaire, et maintenant à l’heure où je vous parle, devant le juge d’instruction, et devant le procureur de la République, cette personne est en train d’être jugée. »

 

Commentaires: