Officiel : La juge Raja Chaouachi met fin à sa mission à la HAICA

 

Raja Chaouachi - photo (carthage.tn)
Raja Chaouachi – photo (carthage.tn)

« La juge Raja Chaouachi, en détachement à la HAICA, a voulu mettre fin à sa mission. Le ministre de la justice Hafedh Ben Salah a accepté sa décision, » nous a déclaré Wassila Kaabi, porte-parole de l’Instance provisoire de l’ordre judiciaire.

La vice-présidente de la HAICA, Raja Chaouachi, voulait reprendre son travail de juge

Il ne s’agit pas d’une « démission » car Mme Chaouchi était en situation de « détachement« , par contre elle a mis un terme à sa mission, volontairement, précise Mme Kaabi.

Juge depuis 30 ans, Mme Chaouachi a commencé à travailler à l’instance depuis sa création, le 3 mai 2013.

Dans le dernier mouvement de la magistrature, annoncé le 24 juillet, elle a été désignée présidente au Tribunal de première instance à Tunis. Mme Chaouachi reprendra ses fonctions de juge avec la rentrée judiciaire, le 16 septembre 2014.

« Les résultats du mouvement judiciaire n’ont pas été encore publiés au JORT car nous donnons le temps aux juges de contester nos décisions. Il faudra ensuite que le chef du gouvernement, Mehdi Jomaa, approuve le mouvement et le signe, » nous explique Mme Kaabi. Par ailleurs, la fin de mission au sein de la HAICA de Mme Chaouchi a été publiée au JORT et prendra effet le 1er septembre 2014.

Démission de l’avocat Mohssen Riahi de la HAICA

Le 8 juillet dernier, l’avocat Mohsen Riahi a annoncé dans une lettre sa démission de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle. D’après lui, son abandon de poste serait à cause :

  • du faible rendement de la HAICA
  • La non application de l’organisation institutionnelle inscrite dans le décret loi 116
  • Absence de consensus d’une procédure transparente et complémentaire qui puisse garantir les droits des candidats et l’équité entre eux pour les autorisations d’institutions audio-visuelles ou régler les problèmes de ceux qui ont déjà des autorisations.

M. Riahi a accusé également la HAICA de « complicité avec une chaine de télévision » le 9 juillet, sur les ondes de la radio Mosaïque FM. Une correspondance lui aurait été transmise sans que l’instance daigne y répondre. Il a aussi mis à l’index certaines de ses décisions qui seraient d’après lui « juridiquement infondées ».

Après deux « abandons » dans la même période, six membres restent encore à la HAICA, à savoir Nouri Lajmi, Hichem Snoussi, Radhia Saïdi, Riadh Ferjani, Rachida Enneifer, et Habib Belaid.

Deux abandons dans la même période : Crise à la Haica ?

Au mois de juin dernier, trois membres de la Haica, Mohsen Riahi, Rachida Ennaïfer et  Riadh Ferjani ont dénoncé une « procédure corrompue » qui a failli mettre l’RCDiste Abdessatar Sahli à la tête de la télévision nationale, en tant que PDG, avec la participation du chef du gouvernement Mehdi Jomaa, dans une période post-dictatoriale, à quelques mois des élections.

Le reste des membres de la Haica n’ont fait aucune contestation et allaient même approuver cet homme dans l’un des postes médiatiques les plus sensibles. Après maints bras de fer du syndicat, de la société civile et des trois membres de la HAICA, le président de la Haica a finit par déclarer sur la chaine nationale 1, le 8 juin, que « Abdessatar Sahli s’est retiré« .

C’est finalement Mustapha Beltaifa, professeur à la Faculté de Droit de Tunis, qui a été nommé officiellement, nouveau PDG de la chaine nationale le 16 juin 2014.

 

 

 


 

 

 

 

 

Commentaires: