Tunisie – «La faible maîtrise des langues est un obstacle à l’emploi»

hafedh laamouriC’est ce que vient de déclarer Hafedh Laâmouri, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi, en marge de la seconde édition de la foire «Acquérez les langues», organisée, aujourd’hui, au Palais des congrès de Tunis.

«Les pays accueillant la main d’œuvre tunisienne sont parfois surpris par la faible maîtrise des langues de la part des compétences tunisiennes», a-t-il souligné, dans une déclaration rapportée par l’agence Tunis-Afrique Presse (TAP).

Le ministre a insisté sur le fait que la faible connaissance des langues, particulièrement celles dominantes dans le domaine économique, constitue un grand obstacle pour l’emploi en Tunisie.

Pourtant, lors de son intervention à l’University of Columbia, début avril 2014 à New York, le chef du gouvernement provisoire, Mehdi Jomaa, avait affirmé que la Tunisie se trouve à l’intersection de trois grands régions – l’Europe, le Monde arabe et l’Afrique -, et que le peuple tunisien est ouvert à leurs cultures et à leurs langues. «Nous parlons le même langage, avait-il soutenu. Nous nous exprimons de la même manière. Ce sont ses principaux et essentiels facteurs qui intéressent chaque investisseur à être présent dans cette zone».

D’après les chiffres du quatrième trimestre de 2013, élaborés par l’Institut national de la Statistique (INS), sur une population active de 3.978.600 millions personnes, la Tunisie compte plus de 608.000 chômeurs, soit un taux de chômage de 15,3%.

Commentaires: