Egypte : 529 Frères musulmans, dont la plupart en fuite, condamnés à mort

Pro-Morsi (credit photo AFP)
(crédit photo AFP)

Au bout de 48 heures de procès, le tribunal de Minya, ville de Moyenne-Egypte, a condamné à mort ce lundi 24 mars en première instance 529 partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l’armée, pour des violences commises durant l’été. Parmi les condamnés, seuls 153 sont détenus, les autres étant en fuite.

Dix-sept des accusés, selon l’AFP, 16 selon Reuters, ont été acquittés alors que près de 700 autres personnes, dont des cadres des Frères musulmans de Morsi et leur Guide suprême, Mohammed Badie, doivent comparaître mardi pour répondre de violences également survenues le 14 août dans ce même gouvernorat.

Le 14 août, lors de la journée la plus sanglante de l’histoire récente de l’Egypte, policiers et soldats avaient lancé l’assaut sur deux rassemblements pro-Morsi au Caire, faisant des centaines de morts et embrasant le pays déjà secoué par des violences quotidiennes depuis la destitution le 3 juillet de Mohamed Morsi.

La quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans sont actuellement jugés et encourent la peine de mort, à l’image de M. Morsi lui-même. Ainsi, le Guide suprême de l’influente confrérie qui avait remporté toutes les élections depuis la révolte de 2011, Mohammed Badie -cité dans plusieurs autres affaires- figure parmi les accusés du procès d’al-Minya, qui implique au total plus de 1200 accusés, un chiffre jamais atteint depuis le début de la répression des pro-Morsi.

Tous doivent répondre de violences ayant causé la mort de deux policiers et d’attaques contre des biens publics et privés le 14 août. Depuis, la répression s’est depuis abattue sur la confrérie des Frères musulmans, classée comme organisation terroriste en décembre dernier.

Commentaires:

Commentez...