Les crimes de torture en Tunisie, rendus impérissables par l’Article 22

HRW-prisons

L’Assemblée nationale Constituante a adopté ce matin à l’unanimité l’Article 22 du projet de la Constitution à une majorité absolue (173 pour et 0 contre) qui interdit désormais toutes formes de torture.

L’article en question : «L’État protège la dignité́ de la personne et son intégrité physique et interdit toutes formes de torture morale et physique. Le crime de torture est imprescriptible» insiste sur le caractère impérissable et immuable du crime. Un article qui a été adopté sous les applaudissements des députés à l’ANC

La torture a toujours symbolisé les ères par lesquelles est passée la Tunisie. De Bourguiba à Ben Ali, les cas de torture ne se comptent pas. Et même après la révolution, des cas de torture ont été épinglés à de nombreuses reprises par la militante Radhia Nasraoui, Human Rights Watch et Amnesty International notamment.

A titre d’exemple, rappelons le cas récent de Walid Denguir ou de l’organisation Human Rights Watch qui a publié un rapport, fruit d’une enquête approfondie sur les conditions dans les centres de garde à vue en Tunisie.

Commentaires:

Commentez...