Un cheikh saoudien décrète que la conduite est dangereuse pour les ovaires et le pelvis des femmes

Saoudienne au volant (photo - blogspot.com)En Arabie Saoudite, les femmes sont officiellement interdites de conduire par la loi. Mais depuis des mois, elles militent pour lever cette interdiction, ce qui a fait réagir les opposants les plus farouches à ces militantes. Parmi eux, le cheikh Saleh Ben Saad al-Luhaydan, un des 21 membres du Conseil des grands oulémas, la plus haute autorité religieuse du royaume et consultant psychologique et judiciaire de la «Gulf Psychological Association» qui vient de lancer une mise en garde pour le moins surprenante, rapportée par la BBC News.

«Les femmes saoudiennes qui tentent de remettre en cause l’interdiction de conduire une voiture doivent savoir que cela peut affecter leurs ovaires et leur pelvis», a-t-il «décrété». Selon lui, des études médicales physiologiques et fonctionnelles montrent que «la conduite automobile affecte les ovaires de la femme, qui risque d’accoucher d’enfants atteints de maladies chroniques, car cela pourrait avoir un impact physiologique négatif et affecte automatiquement les ovaires et relève le bassin». Il va même jusqu’à donner des exemples en faisant le lien entre les femmes qui conduisent «régulièrement» et leurs enfants marqués par des problèmes cliniques à différents degrés.

Sans formation médicale, mais disposant d’une grande audience auprès du courant conservateur en Arabie saoudite, le cheikh peut édicter des fatwas et conseiller le gouvernement bien que ce farouche adversaire des droits des femmes ait été limogé en 2009 de la présidence du Haut Conseil judiciaire pour les polémiques qu’il a créées par le passé.
D’ailleurs, un rapport réalisé en 2011 pour le Conseil religieux saoudien affirmait que renoncer à l’interdiction de conduire pour les femmes conduirait plus de Saoudiens, hommes et femmes, à se tourner vers l’homosexualité et la pornographie !

Commentaires:

Commentez...