Le ministre du Transport, lors d’un meeting : «Au nom de Dieu, nous ne lâcherons pas le pouvoir»

Abdelkrim Harouni (photo wikipedia)Se rebellant contre la voix de son maître, Abdelkrim Harouni, ministre du Transport et membre du Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha, a lancé, lors d’un meeting avec ses partisans à Mnihla, samedi, que le gouvernement ne va pas démissionner malgré l’acceptation par son parti de l’initiative émanant du Quartette.

Il a expliqué sa position par le fait que le pouvoir leur a été confié par le peuple et ne sera restitué qu’après réalisation de la mission pour laquelle il les a élus. Versets coraniques à l’appui, il a ajouté que le gouvernement a dirigé le pays avec loyauté et rien ne peut justifier la cessation du mandat avant son terme. Il s’agit, d’après le ministre, de l’exécution d’un l’ordre de Dieu qui transcende la constitution, les lois et tout consensus.

Abdelkrim Harouni a évité de critiquer la direction de son parti qui a acquiescé à l’initiative du Quartette probablement, pour ne pas mettre à nu les conflits qui prévalent au sein d’Ennahdha. Mais, il ne s’est pas empêché de mettre au défi l’UGTT en soulignant que les Nahdhaouis n’ont pas peur des mouvements que menace de déclencher la Centrale syndicale.

Il a promis des ripostes à ces mouvements pour préserver la légitimité et empêcher tout ce qui pourrait perturber l’action du gouvernement. Il n’a pas précisé le genre de ripostes auxquelles il a fait allusion dans son discours.

Ce discours prononcé après les déclarations émises par le conseiller de presse de la présidence du gouvernement, Abdessalem Zbidi, qui a démenti l’existence d’un communiqué annonçant l’intention du gouvernement de démissionner, confirme les appréhensions affichées dans certains milieux où l’on a mis en garde contre la réaction des vautours d’Ennahdha.

Commentaires:

Commentez...