Mohamed Ben Salem : un ministre qui fait vraiment peur

Mohamed Ben SalemOpinion – Bien évidement, il n’est nullement question d’évoquer la face d’ange de notre ministre de l’agriculture et dont le succès auprès de nos gosses n’est plus à prouver … il n’y a qu’a les regarder accourir fous de joie quand ils voient sa tête de bisounours leur faire de gentils coucous.
Ce dont il est question par contre, c’est son incroyable capacité de passer du registre très « gentil démocrate » quand il est dans la retenue à Monsieur la menace lorsque ses nerfs lâchent … et en ce moment il faut reconnaitre que la tendance est au « pétage de plomb » intégral.

Il y’a de cela quelques jours, précisément sur le plateau de Nesma, après nous avoir expliqué gentiment qu’il entendait s’exprimer, non en tant que dirigeant nahdhaoui, mais en ministre de la république, qu’il était donc à égale distance avec tous les Tunisiens nonobstant leur convictions politiques, il commença par perdre pied au fur et à mesure que les chroniqueurs de cette chaine TV commençaient à le pousser dans les cordes. Perdant progressivement son self contrôle et après avoir menacé dans un premier temps de quitter le plateau, il finit par s’en prendre à un des journalistes en l’occurrence Sofiane Ben Farhat qui a su rester stoïque en ne répondant pas à la charge de ce dernier.

Deux jours après cet incident, le ministre, dans une posture très républicaine et ne pouvant plus refouler l’appel de la foule, descendit au Bardo pour rejoindre les manifestants pro –troika . De cette partie de l’esplanade du Bardo il harangua la foule dans un discours très peu partisan et dans une tonalité « peace and love » que n’aurait pas reniée l’auteur de la chanson « Imagine » le défunt John Lennon.

Monsieur Mohamed ben Salem qui, dans un lapsus célèbre le lendemain de l’assassinat du martyr Chokri Belaid avait déjà promis de juger quiconque mettrait en cause ne serait ce que sur le plan moral ou politique la responsabilité de son parti Ennahdha , vient de dégainer à nouveau. En effet, avec sa formule « crevez donc avec votre rage » (moutou bi ghaydhikom) il vient d’apporter la preuve supplémentaire qu’il n’est vraiment pas à sa place en tant que ministre de la république, un responsable de ce rang et dans cette fonction se devant de maitriser ses nerfs et doit surtout se garder d’invectiver ses propres concitoyens … Mais monsieur Ben Salem n’en a cure il est ministre en dépit de nos « pifs » … À nous de lui montrer comme le disent si bien nos amis Algériens que du « nif » on en possède à volonté et qu’il ne nous rabaissera pas le caquet. À bon entendeur tu ne nous fais point peur.

Commentaires:

Commentez...