Le gouvernement s’est réuni pour ne prendre aucune décision

Ali Laarayedh - photo archive
Ali Laarayedh – photo archive

A l’issue de la réunion du gouvernement, tenue en urgence suite à l’assassinat de Mohamed Brahmi, Ali Laareydh s’est adressé aux médias pour ne rien annoncer malgré la gravité de l’événement et l’ampleur de la réaction populaire.

Il a réitéré les dires de son prédécesseur à la tête du gouvernement, Hammadi Jebali, en précisant que ce crime, commis au moment où certaines parties appellent à la rébellion et au renversement de la légitimité, est un complot contre l’Etat.

D’après le chef du gouvernement, cet acte vise à torpiller le processus transitionnel et à mettre en échec les efforts de démocratisation qui touchent à leur fin.

Il a mis en garde contre toute action de nature à plonger le pays dans la violence et l’anarchie et a rappelé que les forces de l’ordre ont pour consigne d’assurer la sécurité des édifices, des biens et des personnes.

Il a conclu que la classe politique et les membres de la société civile ont tous les droits de manifester pacifiquement et d’exprimer leur indignation, mais ne doivent pas mettre en danger le pays et les acquis de la révolution.

S’agissant du crime en question, il a dit qu’il a donné des instructions pour démasquer les tueurs et leurs commanditaires et que très prochainement, les résultats seraient connus. Des propos qui ne sont pas sans rappeler ses déclarations lors de l’assassinat de Chokri Belaid.

Commentaires:

Commentez...