Star Wars – On tord le cou à Ong el Jmel…

Star Wars Ong Jmal, Tunisie, photo Google 2009
Les dunes qui avancent au rythme de 15 mètres par an ne devraient pas tarder à engloutir le village qui fut le plateau de Star Wars – photo Google

Grâce au réseau de la BBC, la nouvelle a fait le tour du monde dès le 19 juillet pour être ensuite relayée par les plus grandes agences de presse, dont notamment l’Agence France Presse. De quoi s’agit-il au juste? La célèbre maison de Luke Skywalker et tout le village de Mos Espa qui se trouvent au lieu-dit Ong el Jmel, près de Tozeur risquent de disparaitre sous l’effet des dunes.
Ce sont de sérieux scientifiques qui affirment que les dunes qui avancent au rythme de 15 mètres par an ne devraient pas tarder à engloutir le village qui fut le plateau de Star Wars, à la fin des années 90.

Qu’en est-il au juste? Pour en savoir plus, nous avons enquêté et établi plusieurs contacts, car il serait dommage de perdre par simple négligence l’un des atouts du tourisme dans le Sud-ouest tunisien. Mais d’abord, un petit rappel…

Star Wars, épisode IV, maison de Luke Skywalker - photo (StarWars.com)
Star Wars, épisode IV, maison de Luke Skywalker – photo (StarWars.com)

La saga Star Wars a depuis ses débuts choisi la Tunisie comme plateau de tournage. Ainsi, le réalisateur Georges Lucas avait tourné des passages du premier épisode de Star Wars à Matmata en 1977. Il poursuivra dans cette relation et tournera un peu partout dans le Sud, comme à Ksar Haddada ou à Ong el Jmel, le site aujourd’hui menacé.
Le tournage à Ong el Jmel avait eu lieu à la fin des années 90. À l’époque, la production de Star Wars s’était engagée à laisser à la Tunisie après le tournage une route en bon état qui aujourd’hui relie Nefta à Ong el Jmel. En outre, le plateau de tournage, relativement imposant allait ne pas être démonté par un concours de circonstances sur lequel il est utile de revenir.

En ce temps, le magnat du tourisme Mongi Loukil, président de Carthage Tours, venait d’inaugurer une nouvelle unité à Tozeur : le Palm Beach Tozeur qui accueillit, entre autres … Georges Lucas alors en tournage.
En fait, c’est à Mongi Loukil que revient l’idée de garder le plateau du film pour en faire un atout touristique. Après le départ du staff de Star Wars, le plateau fut donc laissé en l’état afin que le tourisme tunisien puisse en profiter.
Mais depuis, rien n’a été fait sinon un parking pour accueillir les centaines de voitures tout-terrain qui visitaient quotidiennement le site avant la révolution tunisienne.
Le plateau de Star Wars était délaissé, au point où les inévitables marchands ambulants qui vendent des bibelots aux touristes se sont installés dans certaines des huttes du village imaginaire de Mos Espa. Il semble même que quelques huttes futuristes aient été louées à des petits commerçants pour qu’ils puissent y vendre des rafraichissements.

Nous étions loin de la vision de Mongi Loukil qui n’avait pas été suivi dans son projet initial par les autorités de l’époque. Le site de Ong el Jmel s’est retrouvé au cœur d’une exploitation intensive, sans respect pour les dunes environnantes et aggravée par la noria des 4/4 et des quads.
Devant la fragilisation de la dune, les autorités ont bien été obligées de réagir. On interdit donc nominalement et sans se soucier de contrôle l’escalade de la dune par les véhicules. Mais rien n’y fit et tout le monde continua le manège destructeur. Et parallèlement, rien n’était fait pour améliorer l’accueil. Seuls un parking rudimentaire et des toilettes honteuses accueillaient les centaines de visiteurs au quotidién.
Dernier avatar : devant la dégradation du site ce seront des fans anglais de Luke Skywalker qui viendront sauver le village, comme le rapportait webdo l’année dernière.

En Tunisie, la seule réaction est venue de l’agence TAP qui, dans une dépêche, rendait compte de  » l’inquiétude des responsables locaux du tourisme ».
Ayant tenté en vain de contacter ces responsables depuis plusieurs jours, nous nous sommes tournés, avec le même résultat nul, vers le gouvernorat de Tozeur ou nul n’a daigné éclairer notre lanterne.
Il est clair que l’affaire n’intéresse personne en ce moment alors que Tozeur a perdu plusieurs de ses attractions touristiques, à l’image de Dar Chraiet par exemple.
Suivant la piste britannique, nous avons contacté au téléphone Marc Dermul qui fut à l’origine de la restauration du site l’année écoulée. Au cours d’un entretien, Dermul nous a assuré que son organisation n’avait  » aucun plan » en ce qui concerne le site et « que le projet envisagé était achevé depuis l’an dernier ».

Les menaces se précisent donc sur Ong el Jmel avec d’une part la désaffection des autorités et d’autre part l’envahissement du site par le sable. Il est clair que le ministère du Tourisme devrait se saisir de ce dossier afin de sauver un des atouts touristiques tunisiens et continuer à engranger l’effet Star Wars. Avant qu’il ne soit trop tard…

Commentaires: