La télédiffusion, une arme électorale potentielle ?

Nessma TvLes perturbations qui ont acculé Nessma TV à interrompre l’entretien d’hier avec Béji Caïd Essebsi, constituent une première en soi. Pour le commun des Tunisiens rien, à priori, n’explique ces désagréments, la météo était clémente, il faisait même relativement doux, en cette soirée du dimanche. C’est la première fois que cela arrive à cette chaîne qui avait émis, autrefois, dans des conditions météorologiques plus désastreuses.

Au départ, Nidaa Tounes s’est empressé sur sa page Facebook de qualifier les perturbations de délibérées, autre manière de dire que le «coup» est monté par les adversaires de Caïd Essebsi pour «bousiller» l’événement.

Peu de temps après, le commentaire de Nidaa tounes sur sa page facebook a vite disparu. Une disparition concomitante avec une déclaration de la chaîne Nessma qui exclut toute perturbation volontaire, affirmant que l’incident est purement technique et que l’Office de la Télédiffusion a fait son boulot et n’a rien à se reprocher.

Le fait que Nessma écarte toute intention malveillante derrière le désagrément qu’elle a vécu hier soir ne semble pas contenter certains qui poussent le scénario jusqu’à prédire que la Télédiffusion (organisme public tenu par la neutralité et l’impartialité) pourrait servir d’arme électorale pour brouiller des interviews et museler des opposants. Si ce genre de chose arrive nous auront atteint un seuil jamais atteint dans la répression des libertés.

Commentaires:

Commentez...