Les Etats-Unis replongent dans la phobie de l’islamisme

Suspects BostonLes auteurs des attentats de Boston, qui ont fait 3 morts et 180 blessés, ont été finalement identifiés. Bien que d’abord évoquée, la piste islamiste, semblait perdre du terrain face à la piste intérieure. Mais l’identité dévoilée des deux suspects ne laisse plus aucun doute, replongeant l’Amérique dans la phobie de l’islamisme.

Les deux suspects sont deux frères, Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, et Dzhokhar Tsarnaev, 19 ans, vivant aux Etats-Unis depuis plusieurs années, mais originaires de Tchétchénie.
Tamerlan Tsarnaev, est décédé ce matin après une fusillade avec la police. Son passé fouillé n’a pas révélé grand-chose si ce n’est son isolement. Ce dernier n’avait pas d’amis.

Son frère Dzhokhar, toujours en cavale, est très actif sur internet et en attendant l’enquête, les médias majeurs ont tissé des liens avec le djihadisme et l’Islam. Le suspect a été décrit comme quelqu’un qui surfe beaucoup sur des sites islamistes et indépendantistes tchétchènes et que le jeune homme avait des connexions islamistes avérées, pour preuve, des liens vers des vidéos de rebelles syriens et des pages islamistes ou d’autres, appelant à l’indépendance de la Tchétchénie.

Selon FoxNews, des spécialistes de la politique étrangère au Congrès auraient longtemps cherché une connexion entre la Tchétchénie, les extrémistes d’Al-Qaïda et les talibans. Si les suspects sont bien tchétchènes, ils peuvent, selon cette logique, représenter une partie d’un réseau djihadiste qui a fait son chemin sur le sol américain, estime FoxNews.

Reuters joue également sur le sentiment antimusulman en accentuant le côté djihadiste des suspects. Sous le titre « Boston suspect’s web page venerates Islam, Chechen independence », Reuters affirme qu' »Il a posté des liens vers des vidéos de combattants dans la guerre civile syrienne et vers les pages web islamistes avec des titres comme « Salam world, ma religion est l’Islam» et «Il n’y a de Dieu qu’Allah ».

La vague antimusulmane est de retour en partie avec l’aide de médias très conservateurs nous rappelant les lendemains du 11 septembre avec la multiplication des actes contre les musulmans et en premier lieu, ceux qui résident aux Etats-Unis. La remarque des musulmans américains, est, à ce titre, révélatrice de lendemains des attentats de Boston. «Ma première réaction fut : J’espère que ce n’est pas un musulman», a déclaré, hier, Khan, un chef de file dans le projet de construction d’un centre communautaire musulman et la mosquée près du site du World Trade Center à Manhattan. Il aura finalement été déçu comme tous les musulmans, obligés désormais de porter le poids du djihadisme.

Les préjugés se sont aiguisés dès le lendemain des attentats. Pour preuve, ce fait divers directement lié. Une femme musulmane à Boston a déclaré avoir été attaquée par un homme blanc, mercredi, parce qu’il était apparemment furieux par les attentats et convaincu, en dépit d’un manque de preuves, que les auteurs étaient musulmans.

Heba Abolaban dit Malden Patch et son amie, toutes deux en hijab, marchaient dans la rue avec leurs enfants quand un homme blanc l’a frappée à l’épaule gauche. « Il hurlait «allez vous faire foutre musulmans ! Vous êtes des terroristes ! Je vous hais ! Vous êtes impliqué dans les explosions de Boston ! », déclare-t-elle.

Commentaires:

Commentez...