Deux mots aux monarque… Qata… rien

Tribune – Après les menaces du président Marzouki visant quiconque s’en prendra au Qatar et ses honorables dirigeants … Ci-joint la pensée profonde d’un citoyen tunisien par rapport à ceux que notre président couvre de louanges et pour les beaux yeux de qui il nous brandit la menace «direction case prison»… si d’aventure bien évidement nous venons à leur manquer de considération.

Deux mots aux monarque… Qata… rien

Mon Amour by MarzoukiQuand nous avons le grand stratège Hannibal, dont le génie de guerre est enseigné dans les plus grandes académies militaires… Vous, n’avez de symbole militaire qu’une base américaine bouffant une bonne partie de votre territoire, première rampe de lancement dans la destruction d’un pays arabe, l’Irak.

Quand nous, avons Virgile, Ibn Rachiq, El Houssari, Chebbi et Bayrem, penseurs libres et princes de la rime… Vous, vous jetez à la prison un poète « coupable » d’avoir chanté la révolution tunisienne.

Quand nous avons des éminents phares de l’Islam, Brahim Riahi, Tahar et Fadhel Ben achour, et j’en passe…Vous, vous avez des prédicateurs moyenâgeux, réfractaires à toute idée moderniste, rivalisant de prêches à contre courant de l’histoire et à contre pied de la décence.

Quand nous avons Elissa, Kahena, Aziza Othman, Bachira Ben Mrad, Mongia Amira Mabrouk , Nebiha Ben Miled, Majida Baklouti Boulila, Tawhida Ben Cheikh, Asma Belkhodja Rébaï, et la liste est longue… Vous, vous traitez la femme comme un objet, une personne de second ordre, une odalisque dont l’unique vocation est de peupler vos gynécées et combler votre assaut libidinal.

Quand nous avons puisé en nous-mêmes pour évincer le dictateur… Vous, vous cirez les pompes, par complaisance ou terreur, d’un potentat despote qui a poignardé son père au dos pour confisquer le pouvoir, et qui considère le pays un héritage familial et le peuple non comme des citoyens mais comme des sujets.

Quand nous avons une civilisation trimillénaire et un riche brassage culturel… Vous, vous avez juste une seconde en termes d’histoire, vous êtes juste un coffre fort, une tente argentée dressée sur un vaste puits de pétrole.

Quand nous, avons des médaillés olympiques à la sueur de nos enfants de cru… Vous, n’avez que des titres sportifs remportés, par procuration, grâce à des athlètes mercenaires, naturalisés juste pour le pactole.

Quand nous, avons un érudit génial, Ibn Khaldoun, père de la la sociologie, qui et avait écrit un traité sur l’histoire du Maghreb… Vous, vous êtes au stade de la préhistoire d’où votre quête effrénée d’en écrire quelques pages à coups de dollars, de trahisons et de complots
Quand nous avons l’amphithéâtre d’El Jem, la grande mosquée de Okba et le temple de l’Islam Ezzitouna, et j’en passe… Vous, n’avez au meilleur des cas que des édifices clinquants à la démesure, se disputant délire pharaonique et criard mauvais goût, tout au plus vieux de 20 ans, et payés la peau des fesses, au profit de quelques officines occidentales d’entreprenariat, tout heureux de vous vendre, au meilleur prix, des projets de prestige en toc, à la mesure de votre boulimie du pouvoir absolu, et dont le peuple qatari frère n’a aucun besoin et ne tire aucun profit.

Je pourrais continuer d’écrire des heures durant, à vous rappeler combien vous êtes Qata… rien et à vous lancer à la figure, telle une gifle assourdissante, la cinglante disparité entre un pays, la Tunisie, ouvert, séculier, enracinée dans l’histoire et la civilisation, riche de ses différentes strates, et un pays, le vôtre, que la nature a gâté mais que la culture a fuit.

Ah, j’oubliais vous avez le gaz… mais quoi de plus normal… pour une famille régnante de pet…ochards.

Commentaires:

Commentez...