Entre vente programmée et salaires payés en retard, Nessma dans le tourbillon des rumeurs

Nessma-TVLe bal des prétendants aux chaînes de télés tunisiennes continue. Après la cession de la fréquence d’Attounissia TV à Slim Riahi, président de l’Union Populaire Libre, des rumeurs font état de la prochaine cession de Nessma TV.

Le prétendant, qui revient sur toutes les lèvres, est Walid Ibn Talel, homme d’affaires saoudien, un brin mégalomane, prince et fier actionnaire de la célèbre chaîne conservatrice américaine Fox.

Le prince Talel aurait donc des vues sur les medias maghrébins, lui qui s’est récemment montré très critique vis-à-vis des révolutions arabes. La rumeur évoque aussi la réorientation des programmes de Nessma vers le public algérien et un abandon des programmes tunisiens ainsi qu’une dégradation de la santé financière de la chaîne causée par un marché de la pub qui bat de l’aile.

Réagissant à cette polémique et au fait que Nessma soit en proie à des difficultés financières, la direction de la chaîne s’est empressée de publier un démenti, qui comme tout démenti qui se respecte, nie tout en bloc. Tout va bien donc, La chaine n’est pas à vendre, les difficultés financières ne sont pas avérées, mais de notoriété publique, les salaires sont quand même payés en retard.

Le personnel de la chaîne, n’a donc aucune raison d’être furieux, les finances vont bien mais les salaires sont versés en retard, juste pour le plaisir de les faire patienter et d’entretenir le suspense.

Selon le communiqué, Nessma serait même en train d’élaborer une nouvelle programmation et invite les annonceurs (bien-sûr !) et le public à venir découvrir la nouvelle grille.
Nabil Karoui, est lui aussi monté au créneau, pour essayer d’arrêter l’hémorragie, et dégonfler l’affaire. Il a un argument en béton et assez original. Ses propos, lors d’un entretien avec un média marocain, à l’origine des rumeurs, ont été, tenez-vous bien, déformés et sortis de leur contexte !

Commentaires:

Commentez...