Saida Agrebi rentre tranquillement à Paris

Malgré un mandat d’amener international émis contre elle, Saida Agrebi a quitté tranquillement la Turquie et a regagné Paris.
On avait annoncé que le bureau d’Interpol à Tunis avait officiellement demandé au bureau d’Interpol à Ankara d’intervenir pour arrêter Saïda Agrebi, présente en Turquie et de l’extrader vers la Tunisie avant qu’elle ne quitte le territoire turc.
Saida Agrebi ne se trouve actuellement plus en Turquie et est retournée en France, selon une source diplomatique à l’AFP.

L’ancienne présidente de l’organisation tunisienne des mères, Saida Agrebi, en fuite depuis août 2011, s’était rendue en Turquie mercredi et jeudi où elle a participé au sommet des politiques sociales et de la famille et a reçu un prix en tant que vice-présidente de l’Organisation Mondiale de la Famille.

Les autorités turques ne savaient pas que Agrebi est membre de l’Organisation Mondiale de la Famille, a dit la source. « Le ministère de la Famille (turc) a invité une organisation non gouvernementale et a remis le prix à cette organisation. On ne savait pas qu’elle est vice-président de cette organisation », a-t-il précisé.

De là, on peut se demander alors pourquoi tout ce vacarme autour d’une affaire qui était « réglée » d’avance ? Les ministères des Affaires étrangères et de la Justice se sont retroussés les manches sachant pertinemment qu’Interpol ne pourrait pas intervenir.

Et cette affaire nous rappelle étrangement celle de Sakhr Materi, interpellé aux Seychelles, puis relâché malgré le mandat international émis contre lui et malgré les « vains efforts » des ministères concernés…

C’est à se demander si ces deux affaires ne sont pas des paravents à d’autres affaires ?!

Commentaires:

Commentez...