Immersion dans le monde de Microsoft Tunisie

Certains voient en elle la passerelle pour leur rêve américain, d’autres la voient comme le QG du diable, Microsoft Tunisie est l’incarnation même de la controverse dans le domaine de l’IT tunisien. Discrète, la filiale tunisienne de la firme américaine a été mise sous les feux de la rampe malgré elle après la mystérieuse et louche affaire de Microsoft, Ben Ali et la traque des cyberactivistes.

Les attaques et l’enthousiasme des défenseurs des communautés Open Source et logiciels libres ont alimenté bien des discussions. Et il faut l’avouer l’image de la filiale en a pris un sacré coup. Et pour couper court à toute cette affaire et commencer surement une nouvelle page, un nouveau directeur général a été nommé à la tête de l’entreprise tunisienne l’année dernière, faisant ainsi taire toutes les spéculations relatives à Mme Smaoui. Certains ont carrément accusé la communauté Open Source et certains directeurs d’SSLL tunisienne d’impliquer Microsoft à tort dans cette histoire afin de gagner les clients qui les lâcheraient suite à ces accusations très graves de coopération avec le régime de Ben Ali.

Résultat, quelques tentatives pas très réussies pour enterrer la hache de guerre, beaucoup de spéculations de part et d’autre et surtout l’émergence de nouveaux champs de bataille pour les deux ennemis : étudiants et jeunes entrepreneurs tunisiens. Car malgré tous les efforts et la dite et hautement réclamée bonne foi de la firme pour se rapprocher des communautés, le sentiment n’est pas très réciproque. Mauvaise pour ne pas dire totale absence de communication du coté de la firme, mais surtout projets de grandes envergures avec de gros moyens financiers et humains qui fait parfois tomber à l’eau letravail de plusieurs années d’une communauté où il faut rappeler que ces dernières vivent des contributions personnelles et du bénévolat de leurs membres, bref y a de quoi avoir de la rancune envers la firme.

Cependant en l’observant de plus près et surtout après une visite et un entretien avec quelques responsables de Microsoft Tunisie, la filiale a très bien su rebondir en deux ans et peut-être même elle a su surfer sur ce gros coup de pub négatif pour attirer les curieux et les ranger de son côté.

Un très bon accueil, sourires partout avec tout le monde aux petits soins, on a vraiment senti depuis le début jusqu’à la fin de cette visite que le premier objectif était vraiment de casser le mythe des méchants et assoiffés d’argent. En tout cas, on l’a bien compris après la très vive insistance pour une visite guidée des locaux. Une trentaine d’employés et des locaux très «à l’américaine», rien de bien méchant comme ils n’ont cessé de nous le répéter. On a enchainé par la suite sur une longue conversation ou plutôt présentation des projets en cours de la filiale. Et il faut l’avouer quelques surprises étaient au menu. Un programme très diversifié, certes, mais c’est surtout le focus sur les étudiants tunisiens, les startups, l’intérêt pour les projets open source avec une note citoyenne et humaine qui nous ont un peu mis la puce à l’oreille.

Entre le Microsoft Campus Tour avec un passage par des universités de quelques 18 gouvernorats tunisiens dont beaucoup sont situées dans des régions délaissées du pays telles que Siliana ou le Kef et à qui les gens portent peu d’intérêt. La filiale a très bien senti le filon et met beaucoup de moyens pour attirer ces étudiants qui ne demandent que l’intérêt de quelqu’un pour leur donner accès aux technologies. Pas seulement, les étudiants tunisiens semblent vraiment dans la ligne de mire de la firme. Rien que le nombre de clubs universitaires faisant la promotion des technologies Microsoft a explosé d’un coup depuis deux ans. Quelque 23 clubs comme ils nous l’ont indiqué.

Mais c’est surtout le programme Microsoft Student Partner (MSP) qui connait son heure de gloire. Le nombre d’étudiants inscrits au programme augmente considérablement. Intérêt pour les touchers pour l’accès gratuit aux produits, le rêve de se voir invité au grand concours de l’Imagine Cup avec une destination de rêve, en tout cas comme nos interlocuteurs nous l’ont dit : « chez nous on sait très bien s’occuper de ceux qui nous rejoignent ». Le programme bénéficie du plus grand soin de ses initiateurs entre formations, activité et encadrement par ce qu’on appelle les « Microsoft Most Valuable Professional ».

Les contributions dans des projets Open Source et l’expression d’une forte envie de « collaborer » avec les communautés ont aussi été d’actualité. Entre le service d’hébergement en ligne gratuit au nom de CodePlex ; la contribution dans PhoneGap pour le support de Windows Phone, l’encouragement du développement d’application à base de HTML5, CSS3 et JavaScript, n’ont pas eu une minute de répit. Le Technical Evengelist présent l’a clairement dit : « un ingénieur compétent et performant ne doit pas se restreindre à un seul point de vue et une unique technologie »
Une rencontre très intrigante et qui montre certes un parcours tumultueux pour la firme en Tunisie, mais surtout un discours différent et des mots très pesés. Il n’est plus question de faire dans le commercial quoique l’orientation de la filiale soit clairement revendiquée, mais l’heure est à la construction de communauté d’utilisateurs de technologies Microsoft.

La rencontre a débouché sur un nouveau rendez-vous pour visiter le Microsoft Innovation Center et parler plus des programmes pour startups tunisiennes. À suivre donc!

Commentaires:

Commentez...