Saber Hamrouni accuse son parti, Ennahdha, de l’avoir censuré

L’impression que rien n’a changé en matière de pratique politique depuis la 23 octobre 2011 devient plus saillante et se confirme jour après jour.

Dans un entretien sur Shems FM, le militant nahdhaoui Saber Hamrouni a fait des révélations qui ne font que corroborer le dérapage du parti islamiste et sa mainmise sur certains médias. Le militant qui a écopé d’une peine de 15 ans suite aux événements de Bab Souika (1991) a évoqué l’interview qu’il a accordée au journal arabophone Echourouk et qui n’a jamais été publiée. Saber Hamrouni précise la teneur critique des propos qu’il a tenus à l’égard de l’action gouvernementale de Hamadi Jebali et prétend que la censure de son interview ne peut être que l’initiative du mouvement Ennahdha. Ce dernier aurait donc des antennes dans un certain nombre d’organes de presse, car comment expliquer le coup de fil reçu par le militant « une demi-heure après avoir accordé cet entretien » au journal en question. Selon Hamrouni  » il existe un organisme policier mouchard qui travaillait pour l’RCD et se rapproche aujourd’hui d’Ennahdha », rapporte la radio.

Saber Hamrouni ne cache pas sa déception quant à la tendance déplorable du parti islamiste abandonnant les militants qui ont perdu plusieurs années de leurs vies dans les geôles, soulignant que le mouvement « a troqué les vrais militants par des fonctionnaires avec des appartenances partisanes ».

Aux yeux de l’invité de Shems FM « le gouvernement actuel n’est pas du tout révolutionnaire puisqu’il n’agit pas conformément aux revendications de ceux qui ont mené la révolution et ne fait rien sur les dossiers chauds ». De telles révélations ne manqueront pas d’ébranler le parti islamiste déjà mis à rude épreuve ces derniers temps.

Commentaires:

Commentez...