Le ministre de l’agriculture aurait mis à la vente ses 6 entreprises

Plus le temps passe  plus les gaffes et autres maladresses des membres du Gouvernement Jebali deviennent le lot du quotidien politique tunisien.

Chacun sait que dans tout gouvernement qui se targue de surcroît d’avoir la légitimité des urnes, il est impératif qui veut que les ministres se doivent avant la prise de leurs fonctions de faire une déclaration des biens et des avoirs qu’ils possèdent, aussi bien dans leur pays qu’à l’étranger. A cet égard on se souvient de la polémique au cœur de laquelle s’est trouvé voici quelques semaines Mohammed Ben Salem, le ministre de l’agriculture. Polémique relative à la révélation des neufs entreprises qu’il possède ne France.

On se souvient également de la réaction du ministre en question qui a aussitôt apporté une précision en rectifiant le tir : les entreprises sont au nombre de six et non de neuf. Et ce n’est pas  tout : le ministre nous apprend qu’il est non propriétaire mais « simple gérant ». Faut-il préciser que le problème n’est pas tant d’ordre rhétorique et  sémantique qu’une question de transparence et d’éthique. Le ministre aurait donc failli à deux principes fondamentaux en politique.

Invité aujourd’hui, 25 septembre, sur Mosaique FM, Mohammed Ben Salem a souligné que les sociétés dans lesquelles il n’est que gérant étaient des sociétés immobilières. A l’occasion d’une récente hospitalisation en France, le ministre a précisé qu’il a profité de ce séjour pour régler les affaires qui ont fait l’objet de la polémique invoquée plus haut. Il a affirmé que désormais il n’aurait plus rien à se faire reprocher. Plus question de parler par conséquent d’un quelconque conflit d’intérêt puisqu’il a délégué par procuration la gestion de ses affaires à son propre fils dans le but de vendre les six entreprises : « Je n’ai plus aucune activité commerciale en France, je suis rentré dans mon pays définitivement l’esprit tranquille », a ajouté le ministre de l’agriculture. Fin de la controverse ? Seul le temps à venir nous le dira.

Commentaires:

Commentez...