Opinion – Télécommande dernier cri !

Ennahdha vient de s’offrir une télécommande dernier cri : Le Journal télévisé d’El Watanya. Il est aussi bien téléguidée qu’avant. On ne parle que des activités du gouvernement. C’est normal puisqu’on a 83 ministres qui créent des problèmes au lieu de les régler. Les problèmes sociaux passent souvent à la trappe et le J.T. devient la brosse à reluire des politiciens en mal de reconnaissance, trainant les ratés et les casseroles, tout comme au bon vieux temps de Ben Ali.

De temps en temps, on a le droit de laisser un sombre prêcheur pendant plus de 3 minutes, menacer les mécréants de les crucifier et de les démembrer, mais ce n’est pas grave, cela s’inscrit dans le grand plan et la feuille de route d’Ennahdha. Nous injecter la charia à petites doses. Une façon comme une autre de nous lobotomiser, afin que son projet passe à travers les mailles de ce qui va rester de nos acquis !

Mais voilà la nouvelle télécommande, comme tout objet fraîchement acquis, bloque un peu. Et ô sacrilège ! Pendant la diffusion du journal télé du 19 septembre 2012 en, on a permis l’intervention en direct, du député Khemais Ksila, membre de Nida Tounes qui ne fut pas tendre avec Ennahdha.

Le courroux de Sahbi Attig, président du groupe Ennahdha à l’ANC, ne s’est pas fait attendre et il a qualifié « d’extrêmement grave que le journal soit interrompu pour permettre la diffusion en direct de l’intervention d’un député « dont l’appartenance politique est connue de tous », sous-entendu que Khemais Ksila est un RCDiste.

Idem pour, Monia Brahim, député d’Ennahdha, qui a indiqué, sur les ondes de Mosaïque FM que les la TV Nationale est toujours aux mains du RCD car, car selon elle « ils ont coupé la transmission (des travaux de l’ANC) et la parole de Samia Abbou qui voulait adresser un message à un député du “nouveau RCD”. Par contre El Watanya a osé interrompre le J.T. pour donner la parole au “ nouvel RCDiste” Khemais Ksila, celui par qui le scandale arrive !

En réponse, et d’après Shems Fm : « La Télévision tunisienne a dénoncé les accusations portées à son encontre par différents partis politiques, selon un communiqué publié le vendredi 21 septembre 2012. La TV nationale a précisé que les journalistes et techniciens travaillant lors des séances plénières de l’Assemblée nationale constituante effectuent leur travail avec objectivité et professionnalisme. Le même communiqué indique que la retransmission en direct des séances de l’ANC est fondé sur un accord entre la Télévision tunisienne et la présidence de l’ANC, et qui stipule que la couverture est répartie entre Al Wataniya 1 et Al Wataniya 2. »

Pourquoi la Télévision tunisienne a besoin de se justifier et de dénoncer des « accusations »? La télévision publique d’un pays démocratique et pluraliste doit permettre à tous les partis politiques de s’exprimer sans aucun distinguo. Mais, la démocratie selon Ennahdha doit avoir un autre sens, ignorée de nous autres illettrés tunisiens : cause toujours… mais pas dans ma télévision !

Commentaires:

Commentez...