Le niqab, enjeu de la guéguerre entre le ministre et le doyen

La déclaration de Moncef Ben Salem, ministre de l’enseignement supérieur, avant-hier lors d’une conférence presse concernant la non interdiction du port du niqab à l’université a suscité une vive réaction auprès de beaucoup d’universitaires.

Dans l’édition d’aujourd’hui, 8 septembre, du quotidien Le Maghreb, Habib Kazdaghli, le doyen de la faculté des lettres, des arts et des humanités insiste sur la nécessité que les étudiantes doivent se présenter aux cours et aux examens le visage dévoilé, conformément à la décision du conseil scientifique de ladite faculté.

L’affaire du niqab n’est assurément pas près de connaître son épilogue, et il est à craindre que les incidents graves qui ont émaillé l’année universitaire passée se répètent. Il ne fait plus de doute aujourd’hui que le niqab est devenu l’enjeu d’une guéguerre entre le ministre de l’enseignement supérieur et le doyen de la FLAHM.

A bien des égards la position du ministre ne fait que discréditer le conseil scientifique de la FLAHM et se présente comme un encouragement aux étudiantes eniqabées et autres salafistes qui les soutiennent.

Commentaires:

Commentez...