Sakhr El Matri toujours aussi puissant, aussi intouchable… rayez justice de vos mots !

Que le Qatar protège les pendables politiques, soit. C’est tout à son honneur, ou plutôt à son modèle, celui d’un Émirat, à qui Bush, dans sa grande stupidité, a oublié de donner le titre bien mérité «d’État voyou ».

Que le Qatar surprotège les plus riches des exilés, les plus gros voleurs, cela aussi, soit. Que notre gouvernement lui fasse des courbettes aussi avilissantes, également, soit. Il est leur pourvoyeur de fonds en titre, des élections et de bien d’autres stratégies à la petite semaine. Mais ceci est une autre histoire.

La compréhension s’arrête lorsqu’il s’agit d’expliquer l’impunité des voleurs de la Tunisie, des fuyards, à l’instar du prince des voleurs sakhr El Matri, lequel, au lieu de se faire tout petit, se distingue par son désarroi de voir des Tunisiens partout. Cette réaction lui a d’ailleurs valu la vendetta d’un Tunisien vivant lui aussi au Qatar.

Une bagarre a en effet éclaté dans un City Mall au Qatar, vendredi 15 juin entre Mohamed Messaoudi, Tunisien résidant au Qatar et Sakhr El Materi, lorsque ce dernier a déclaré être indigné du nombre croissant de Tunisiens au Qatar, selon le témoignage de M. Messaoudi sur les ondes de Shems FM.

Suite à cette altercation, Mohamed Messaoudi s’est vu retirer son permis de résidant et renvoyer chez lui dimanche. Il a également perdu son travail. Ce matin sur Mosaique Fm, il a d’ailleurs lancé un appel au ministère des Affaires étrangères, aux organismes de droit de l’homme et à tous les journalistes, pour l’aider à retrouver son travail.

Entre temps, Sakhar el Matri continue à vivre sa vie en toute quiétude dans ce bout de désert riche d’essence et d’inscience qu’est le Qatar.

Il nous reste à voir si notre gouvernement va défendre notre compatriote extradé, et ceci au détriment du riche et intouchable fugitif. Mais comme on dit si bien chez nous : « ya dhnoubi » !

Commentaires:

Commentez...