Les jeunes diplômés au chômage laissés sur la route !

La Troïka continue sa fuite en avant et sa manière de gérer les dossiers les plus brûlants de la société le sont d’une manière qui nous laisse perplexes quant à sa capacité de répondre aux aspirations des jeunes Tunisiens.

Pour exemple, la nouvelle loi exceptionnelle sur le recrutement à la fonction publique est un nouvel exemple de cette légèreté avec laquelle a été traitée cette question, pour ne pas dire autre chose !

En effet, le gouvernement va ouvrir 25.000 postes au sein de la fonction publique. Le recrutement de ces 25 mille individus va se faire comme suit 8.000 postes pour ceux qui ne possèdent pas de diplômes universitaires, 14.000 postes vont être « réservés » pour les familles des blessés de la révolution et les familles démunies à raison d’un poste par famille et les autres à ceux qui ont bénéficié de l’amnistie générale. Tous ces recrutements se feront sans concours et seulement sur dossiers.

Quant au reste, seulement trois mille postes seront ouverts aux diplômés du supérieur, dont le nombre atteint 220.000 personnes, qui passeront par la voie des concours pour accéder à la fonction publique.

Voilà, donc que la voie du clientélisme s’ouvre de nouveau alors qu’elle a été l’une des raisons de l’explosion de colère des jeunes de la Révolution tunisienne.

On se peut, à ce sujet, se poser quelques questions :

Combien de postes iront-ils vraiment aux blessés de la révolution et aux familles démunies ? Sur quels critères va-t-on attribuer les postes à ces dernières ? Les critères de neutralité seront-ils respectés ? Permettez-nous d’en douter.

Le reste va nécessairement aller vers des personnes aux militants du parti au pouvoir d’Ennahdha qui ont été élargis après la révolution sachant que ceux qui occupaient des postes à la fonction publique ont retrouvé leurs jobs d’avant.

Deuxième question : l’administration, qui va intégrer ces personnes, et indépendamment de toute considération, va-t-elle absorber même des personnes qui ne sont dotées d’aucune compétence ? Est-ce logique et normal ?

La portion congrue, c’est-à-dire 3000 postes, sera réservée à la concurrence pour les dizaines de milliers des jeunes diplômés. Et là aussi, on peut se poser la question si l’égalité des chances est bel et bien respectée ou va-t-on assister à l’utilisation de méthodes particulières dans leur sélection ?

Ainsi, ceux qui ont contribué à faire chuter l’ancien régime sont-ils devenus des laissés-pour-compte et complètement oubliés par cette Révolution qu’ils ont payée de leur sang ?!

Commentaires:

Commentez...