Retrait de militants du PDP du PR où la poursuite de l’émiettement des forces démocratiques !

L’annonce pompeuse du retrait de certains militants du PDP du grand rassemblement centriste créé récemment et matérialisé au sein du Parti Républicain a introduit le doute dans les esprits et ne fait qu’embrouiller davantage la scène politique nationale, notamment dans le camp des partisans d’une Tunisie centriste et moderniste.

En réalité, ce comportement est symptomatique de ces partis où la discipline partisane est complètement absente. Ces défections sont aujourd’hui la principale caractéristique de ces partis qui défendent les principes modernistes, mais dont les militants n’arrivent pas à trouver le juste compromis nécessaire dans cette étape historique cruciale et déterminante dans la vie politique nationale. Car et dans le contexte actuel, il convient, logiquement, de rechercher l’unité non seulement sur le plan interne, mais aussi dans les rapports avec les autres mouvements avec qui ils peuvent partager un minimum de points et de principes communs.

La principale question qui se pose à ces militants, mais aussi aux dirigeants de ce genre de partis réside dans la nécessité de s’interroger sur leur fonctionnement interne où la démocratie et la transparence ne semblent pas bien établies provoquant des désaccords profonds allant jusqu’au retrait voire à la scission.

Cela ne fait qu’accroître l’émiettement des forces démocratiques face à un adversaire politique qui demeure très discipliné malgré les divergences apparentes entre ses diverses mouvances.

Il est clair que les ambitions démesurées de certains de ces militants, mais aussi le manque ou même l’absence de dialogue et de capacité de persuasion constituent autant d’obstacles à une unité plus forte et plus consistante au sein et entre ces partis qui n’ont finalement qu’un seul objectif à défendre : un modèle de société ouverte et démocratique et un État civil qui consacre la séparation du religieux et du politique.

Commentaires:

Commentez...