Quand Samir Dilou « rassure » Saida Agrebi…

L’ex-présidente de l’Association Tunisiennes des Mères, Saida Agrebi, a accordé une interview au quotidien Achourouk, dans son édition du 28 mars 2012.

Revenant sur son arrestation à l’aéroport de Paris Roissy-Charles de Gaule, à son retour du Brésil, puis sa relaxation par le juge d’instruction, le 15 mars dernier, Said Agrebi a réaffirmé n’avoir rien à craindre d’un éventuel retour en Tunisie, étant donné qu’elle n’a commis aucun dépassement et que ce qui lui est reproché est absolument faux. Elle a, par la même occasion, une nouvelle fois, démenti ce qui se dit sur ses relations privilégiées avec Leila Trabelsi.

Rien de nouveau jusque là, sauf qu’à la question de la journaliste d’Achourouk sur ses éventuelles craintes d’un retour en Tunisie, l’ex-présidente de l’ATM a eu une réponse étonnante.

Logeant chez son frère à Paris, Saida Agrebi a exprimé sa joie après que le ministre des Droits de l’Homme, Samir Dilou, lui a fait savoir qu’elle pouvait rentrer en Tunisie en toute sécurité.

Une déclaration ahurissante venant d’un membre du gouvernement à l’encontre d’une personne contre qui sont retenus plusieurs chefs d’inculpation et qui est passible des peines prévues par les articles «82, 98, 99, 172, 175, 176, 177 et 32» du Code pénal.

Commentaires:

Commentez...