Nomination des gouverneurs : le coup d’épée dans l’eau de Ben Jaâfar

La nomination de cinq nouveaux gouverneurs, samedi, à Zaghouan (A. Sahbani), Nabeul (M. Jaballah), Médenine (H. Mayara), Monastir (H. Sithom) et au Kef (A. Trabelsi), a créé une certaine polémique dans la mesure où l’ensemble de ces gouverneurs sont des cadres d’Ennahdha. Voir plus dans la mesure où A. Sahbani serait même le gendre de Samir Dilou, l’actuel ministre des Droits de l’Homme et de la justice transitionnelle.

A Nabeul, l’arrivée de M. Jaballah, qui était au passage responsable du bureau d’Ennahdha à l’Ariana, a été célébrée comme il se doit par certains citoyens de la ville, ces derniers ayant même égorgé un mouton pour accueillir comme il se doit ce nouveau gouverneur.

A Monastir, la donne était, toutefois, différente. Plusieurs personnes se sont réunies devant le gouvernorat de la ville protestant contre l’arrivée de H. Sithom et appelant au retour de son prédécesseur.

Au sein de l’Assemblée Constituante, des voix se sont même levées critiquant ces nominations d’Ennahdha à l’instar de Karima Souid, députée d’Ettakatol qui a réclamé, hier sur Mosaique FM, plus de transparence dans les désignations des gouverneurs. Mme Souid a surtout réclamé l’implication du président de l’Assemblée et du président de la République dans la prise de telles décisions.

Aujourd’hui, c’est au tour de Mustapha Ben Jâafar d’exprimer son désaccord. Selon Jawhara FM, le président de l’AC a estimé que ces nominations illustraient la confusion volontaire entre l’Etat et le politique.

Pourtant, la loi d’organisation provisoire des pouvoirs publics, accorde le droit, de la désignation des gouverneurs, au chef du gouvernement, Hamadi Jebali.

Enchaînant les bourdes et les déceptions depuis sa nomination à la présidence de l’AC, Ben Jaâfar tenterait-il de montrer, un tant soit peu, qu’il peut être en désaccord avec Ennahdha ?

Histoire, peut être, de soigner une image écornée depuis qu’Ettakatol a intégré la troika…

Commentaires:

Commentez...