Opinion – Non Mr Marzouki, je suis blogueuse et je le reste !

Comme la plupart des blogueurs (et autres utilisateurs de Facebook), j’ai été invitée au palais de Carthage pour assister à la commémoration du décès de feu Zouhair Yahyaoui, cyberactiviste tunisien, blogueur et fondateur de Tunizine, décédé suite à une crise cardiaque quelques jours après sa sortie de prison, en 2005.

Sans trop faire dans la démagogie et sans nulle intention d’influencer mes « collègues » qui y vont, je vais expliquer en quelques mots les raisons pour lesquelles j’ai décliné, comme beaucoup d’autres blogueurs, cette invitation.

Zouhair Yahyaoui a donné sa vie pour que moi, je puisse naviguer sur le net et m’exprimer sur la toile en toute liberté, lui consacrer une journée n’est que justice rendue !! Mais la façon dont cet événement a été récupéré par la présidence de la République m’écœure !!

Un événement de cette envergure et de cette symbolique ne devait absolument pas faire l’objet d’une exploitation partisane. La liberté de l’internet est une cause nationale, elle doit par ailleurs être inscrite dans la constitution!! Il aurait été plus judicieux de fêter Zouhair Yahyaoui par des initiatives plus larges, en vulgarisant l’accès à internet par exemple, en parlant de son combat dans les écoles, en donnant son nom à une rue, en créant un centre de recherche sur l’internet tunisien et sur l’histoire du blogging en Tunisie ou encore en actant pour que plus jamais la Tunisie ne puisse figurer sur la liste noire des pays où internet est encore surveillé (voir rapport SFR)

De plus, cette impression que j’ai eue (je me trompe peut-être) que Mr Moncef Marzouki a voulu par cette initiative faire d’une pierre deux coups : redorer son blason et soigner son image très lésée sur la toile, et faire taire les dernières voix libres susceptibles de critiquer sa politique qui bat de l’aile. Parce qu’on n’est pas sans savoir que beaucoup de blogueurs, et notamment les plus influents et les plus anciens sur la blogosphère tunisienne ont repris le chemin du blogging et redonné vie à leurs blogs abandonnés depuis pas mal de temps, et ne ménagent aucun effort à critiquer, des fois dans les termes les plus crus, les dérapages de la Troïka au pouvoir !!

Quand on veut rester dans cette dynamique de regard critique, la moindre des choses c’est d’être cohérent et en accord avec soi même avant tout !! On ne va pas serrer la main à un président qu’on va attaquer le lendemain !!

D’autre part, Mr Marzouki, pour qui la liberté d’expression est soudain devenue son cheval de bataille (ou de Troie), n’a pas toujours eu la même attitude. Dans les trois grandes affaires de liberté d’expression qui ont secoué l’opinion publique tunisienne, à savoir l’affaire Nessma, l’affaire de la plainte déposée contre l’ATI et l’affaire Ettounisiyya, Mr Marzouki n’a pas été très éloquent pour ne pas dire autre chose !! La Liberté d’expression est indivisible, on la défend ou on ne la défend pas !!

Ajouter à cela la conviction intime que les blogueurs qui sont invités n’y vont que pour faire de la figuration et qu’un temps de parole très limité leur sera accordé, je préfère décliner cette invitation et me réserver le droit de critiquer qui je veux quand je veux !!

Et il va sans dire qu’être aux côtés d’administrateurs de pages Facebook invités eux aussi, et qui, le moins qu’on puisse dire, ne sont pas du tout démocrates, incitent à la haine, font dans l’insulte et la diffamation, divisent les Tunisiens ne me réjouit pas particulièrement

Pour des milliers de Tunisiens, Mr Marzouki n’a pas été fidèle à ses principes et ses convictions. Certains vont jusqu’à penser qu’il a trahi son électorat, et ce n’est pas en s’entourant de blogueurs et d’internautes qu’il va soigner cette image (J’en exclus toutefois la famille Yahyaoui, car c’est leur droit et devoir d’y être ) !!

Pour ma part, je préfère rester fidèle à mes convictions et égale à moi même, que de goûter au plaisir, éphémère de me prendre en photo au palais de Carthage en compagnie du président provisoire de la République !!

Commentaires:

Commentez...