Quand Hannibal TV se noie dans les versions

On aura beaucoup polémiqué sur l’arrestation du patron de Hannibal TV, le 23 janvier 2011, alors que le pays était en plein chaos. Les raisons de cette interpellation n’ont jamais été dévoilées bien que les rumeurs persistantes ont fait état d’un lien entre Larbi Nasra et les Ben Ali, alors réfugiés en Arabie Saoudite.

Entre vérité, rumeurs et fantaisies, il n’y a généralement qu’un pas à franchir notamment lorsque le volet informatif est verrouillé à double tour.

Aujourd’hui, c’est au tour du très crédible site Mediapart, de publier de nouveaux détails sur cette « sale » journée qu’ont endurés Larbi Nasra et son fils Mehdi. Sont-ils dans le vrai ? Nul ne peut le savoir ! Ce qui est sûr c’est qu’avec les temps, les versions se multiplient au point de noyer le poisson dans l’eau…

Alors que la Tunisie traverse une délicate étape après la fuite de Ben Ali, la psychose à pris place. «La thèse des milices armées prend de la consistance, conjuguée à celle du complot orchestré par les troupes de l’ancien chef de la sécurité présidentielle, Ali Seriati», rapporte Mediapart.

On arrête à bras le corps sans compter. Le procédé se répétera à foison, repris et amplifié par les médias, les télévisions et les réseaux sociaux.

«Dans ce dispositif médiatique, la chaîne Hannibal tient le haut du pavé, et finit par attirer l’attention. Dimanche 23 janvier 2011, le propriétaire de la chaîne, Larbi Nasra, et son fils Mehdi, sont tous deux arrêtés pour «haute trahison» et «complot» contre la sécurité de l’Etat paÉtat police criminelle. L’antenne émettrice de la chaîne est aussitôt désactivée par un bataillon de l’armée», rappelle Mediapart qui ajoute que «Larbi et Mehdi Nasra seront relâchés dès le lendemain de leur arrestation». Pourtant, lors de son audition, Larbi Nasra livrera une confession sans détour, insiste le site : «Je reconnais aussi avoir transmis de fausses informations à travers ces émissions, et entre autres : de fausses alertes, de faux appels de secours dans le seul but de terroriser la population, ainsi que d’avoir injustement mis en cause des personnalités dans des méfaits inventés de toutes pièces. (….) J’avoue que le contenu des programmes diffusés était de nature à créer un climat de discorde entre les Tunisiens et de mettre le pays dans l’instabilité. Je ne peux pas justifier cela. Je me suis trouvé pris dans ces événements politiques que le pays a connus ces derniers jours.»

Les langues se délient-elles ou n’est-ce qu’un moyen de mettre en avant les avidités de grandeur du patron de Hannibal TV pour mieux enterrer ses honteuses alliances ? Ceci va sans dire que quelques jours après son arrestation, certains sur la toile ont affirmé que l’interpellation de Larbi Nassra serait due à de multiples contacts avec Ben Ali qui lui aurait demandé de le passer en direct sur Hannibal TV à partir de l’Arabie Saoudite. Les mêmes sources affirment que lesdites communications interceptées par la sécurité militaire auraient motivé la décision de l’arrestation sans en référer aux autorités de l’époque, car dans l’effusion révolutionnaire d’alors, les militaires auraient considéré cet acte comme haute trahison qui se passerait de tout aval gouvernemental et auraient agi de leur propre chef.

Commentaires:

Commentez...