Entre réalité et fiction : Maâloul – Chiboub, la réconciliation ?

Auréolé de son titre africain, Nabil Maâloul, l’heureux entraîneur de l’Espérance de Tunis n’est pas rancunier. Loin de là ! Dans une interview rapportée par le site électronique Attounissia et reprise du journal émirati Al-Bayane, Maâloul, encore ivre du succès qui vient de frapper à sa porte, n’y va pas par quatre chemins pour distribuer des bouquets de fleurs à tout le monde… Et même à Slim Chiboub, son ennemi d’hier.

Pourquoi donc ce revirement ? Mais est-ce vraiment un revirement ? Comme tout espérantiste, Maâloul reconnaît en Chiboub l’homme qui a permis à l’Espérance de glaner des titres à gogo. Qu’ils soient en désaccord ou non, c’est une affaire d’affinités entre deux hommes. Mais quand il s’agit de l’EST, tout disparaît, même les plus grands conflits.

Que le gendre de Ben Ali soit un voleur, qu’il soit en fuite, qu’il soit recherché… qu’importe, Chiboub reste espérantiste. Cela aurait d’ailleurs été inélégant de la part du « Special One » de marcher sur le cadavre de Chiboub. Et comme ce dernier est toujours adulé par une certaine frange de supporters, il fallait bien marquer le coup ! À moins que ce ne soit qu’un coup de pub saupoudré d’épines à destination de son ennemi juré.

Que l’interview existe ou non, c’est tout bénéf pour Maâloul qui reste ainsi sous les projecteurs après la victoire en Champions League et avant la Coupe du monde des clubs où les Sang et Or affronteront peut-être le Barça de Messi. Chiboub en avait rêvé, Maâloul l’a fait ! Est-ce là le message que cherche à diffuser l’ancien adjoint de Lemerre ?

Aujourd’hui, une chose est certaine : Maâloul est la star adulée des Espérantistes et entre star d’aujourd’hui et celle d’hier quoi de plus logique qu’une chaleureuse poignée de main !!! Tiens, en allant à Osaka, Hamdi Meddeb devrait prévoir une escale aux Émirats arabes unis afin de faire goûter à Slim Chiboub les joies du sacre. Quoi de plus naturel de permettre à l’ancien homme fort d’embrasser cette coupe qu’il a tant désirée.

En juillet, lorsque l’Espérance décrochait un énième championnat, une radio espérantiste rapportait la joie et le bonheur de Chiboub, lui qui a été injustement privé de son Espérance. Aujourd’hui, Maâloul lui donne une nouvelle occasion de se délecter du sacre africain.

En grand stratège – et c’est bien pour ça qu’il est sur le banc du club de Bab Souika – Maâloul veut être l’homme du consensus, l’unificateur…

Avant d’aller provoquer ce diable de Messi, il compte bien se (re)mettre en harmonie avec ses couleurs, lui qui, par pic envers Chiboub a osé porter le maillot de l’ennemi clubiste. Est-ce donc pour se faire pardonner de ce blasphème ou juste pour remettre Chiboub à sa place ?

Pauvre Aziz Zouhir dans tout ça… On remercie les présidents de l’Espérance… Tous sans exception et on oublie de citer Aziz Zouhir. Oui, Chiboub a osé le faire par presse interposée il y a quelques années.

Aujourd’hui, Maâloul n’a pas osé vu qu’il a offert sa coupe à tous les présidents espérantistes et même à ce fuyard de Chiboub.
Mais dans quelles eaux troubles nage donc Maâloul ?

Commentaires: