Procès N. Karoui : « la liberté d’expression en Tunisie mourra-t-elle » le 23 janvier 2012 ?

« Cette affaire est une affaire politique et je vois en ce jour la mort réelle de la liberté d’expression en Tunisie », a déclaré, selon la TAP, Nabil Karoui en arrivant, aujourd’hui, dans la salle d’audience du tribunal de Première instance de Tunis, devant de nombreux médias tunisiens, dont sa chaîne Nessma TV qui diffusait en direct, mais également étrangers ainsi que de citoyens et de badauds.

Cependant, le tribunal a décidé de reporter ce procès au 23 janvier 2012 ; procès impliquant également deux employés de Nessma TV : le responsable du service de visionnage au sein de cette chaîne et un représentant légal de l’Association  »la voix de l’enfant » ayant assuré la version en dialecte tunisien.

Rappelons que le directeur général de la chaîne privée avait été accusé « d’atteinte aux valeurs sacrées », et avait été la cible d' »attaques intenses » et de « critiques virulentes » sur le Net, après la diffusion du film d’animation français, jugé blasphématoire à l’égard de l’Islam, « Persépolis » réalisé par Vincent Paronnaud et l’Iranienne Marjane Satrapi d’après une bande dessinée de cette dernière.

Karoui avait présenté ses excuses au peuple le 11 octobre et était passé devant le procureur adjoint de la République chargé de la presse et de l’information, le 12 du même mois.

Commentaires:

Commentez...