Ennahdha dément qu’elle « renonce au régime parlementaire » !

L’information selon laquelle Ennahdha a « lâché le régime parlementaire pour un régime présidentiel » est totalement erronée, et ce, selon, le responsable Média, Mohamed Néjib El Gharbi.

C’est le buzz de la journée. Annoncé hier par le site investir-en-tunisie.net et largement partagé sur les réseaux sociaux, l’article rapporte des propos de Hamadi Jébali, Secrétaire général du Mouvement Ennahdha, qui aurait déclaré, samedi 12 novembre, lors du Rounds du Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise de Tunisie, que « son parti a officiellement choisi dans son programme le régime présidentiel comme régime politique ».

Selon le même site, Hamadi Jébali aurait précisé que « la prochaine étape sera l’organisation des élections présidentielles et législatives dans le pays ». Et qu’« à cet effet, Ennahdha a totalement lâché le régime parlementaire, choisi en septembre 2011 comme régime politique du pays », explique la même source.

Contacté à ce sujet, Mohamed Néjib El Gharbi nous fait savoir qu’en plus de sa qualité de responsable des médias au sein d’Ennahdha, il était bien placé pour nous répondre vu qu’il est aussi membre du bureau politique du même parti.

M. Néjib El Gharbi atteste que le choix d’Ennahdha est un régime parlementaire. Il nous explique que ce choix est basé sur la volonté du parti d’éradiquer, de la Tunisie, la corruption et le leadership. Pour le parti Ennahdha, le seul moyen d’y arriver est de créer trois présidents : un président de la République au pouvoir limité, un président du gouvernement et un président du parlement. Des régimes similaires à ceux qu’on trouve en Italie, en Turquie et en Grèce.

Pour le parti, le choix du régime parlementaire ou présidentiel n’a jamais été un sujet à l’ordre du jour. Il a, seulement, fait l’objet de discussion le 14 septembre dernier, nous précise M. N. El Gharbi.

Commentaires:

Commentez...