Un trio de femmes pour le Nobel de la paix

Non, ce ne sera pas Lina ! Les Tunisiens et tout le monde arabe attendaient avec impatience les noms des vainqueurs du Nobel de la paix. Ils espéraient tant que le trio nominé la semaine dernière, composé de la blogueuse Lina Ben Mhenni, et des deux Égyptiens Wael Ghonim et Esraa Abdelfattah, l’emporte.

Malheureusement pour eux, le comité Nobel norvégien, qui décerne le prix de la paix, a choisi trois autres candidats pour succéder au dissident chinois Liu Xiaobo.

Le prix Nobel de la paix 2011 a, en effet été conjointement attribué, vendredi 7 octobre, à trois autres candidats. Il s’agit de trois femmes et non des moindres : Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee et Tawakkul Karman, pour leur lutte non violente pour la sécurité et les droits des femmes.

Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia, reste à ce jour, la première femme à avoir été élue présidente d’un État africain. À 72 ans, elle reste une icône dans un pays qu’elle dirige depuis 6 ans et qui reste traumatisé par la guerre civile.

Sa compatriote Leymah Gbowee, sa compatriote, a eu le mérite de mener un minutieux travail de mobilisation et d’organisation des femmes de toutes ethnies et de toutes religions pour mettre fin à la guerre civile et garantir la participation des femmes aux élections du Liberia.

La Yéménite Tawakkul Karman, à l’instar du trio « arabe » qui aurait pu prétendre à la récompense, s’est distinguée pour son combat en faveur de la paix, la démocratie et les droits des femmes avant et pendant le »printemps arabe ».

Commentaires:

Commentez...