118 mort sur les listes électorales: y a-t-il eu fraude ?

Selon le quotidien en langue arabe Essabah, dans son édition d’aujourd’hui, l’Instance Supérieure Indépendante des Elections vient de faire état de 118 noms figurant sur les listes électorales et appartenant à des personnes… décédées.

Cette découverte fait suite à l’affichage des listes qui a commencé le 20 août pour se terminer le 26 du même mois et où le nom de plusieurs personnes défuntes est apparu.

Ajouter des morts sur les listes électorales n’est pas une nouveauté puisqu’elle remonte à l’époque de Ben Ali où les listes étaient boostées grâce aux noms de personnes passées de vie à trépas, comme ce fut le cas en 2009.

Toujours selon Essabah qui a repris les mots de maître Sami Benslama, ce genre de fraude est passible de six mois de prison ferme et d’une amende de mille dinars. Nous avons contacté ce membre de l’Instance Supérieur Indépendante des Elections. Il nous a déclaré qu’il jugeait le nombre de 118 comme négligeable et nous a précisé que l’affaire ne peut être considérée comme une fraude. En effet, il faut prendre en compte la non déclaration des décès les extraits d’état civil et, également, des disparitions expliquées qui ne sont déclarées et enregistrées qu’au bout de deux… ans !

Rappelons que d’après la page Facebook de l’ISIE, 3.882.727 Tunisiens se sont inscrits volontairement sur les listes électorales.

Commentaires:

Commentez...