Libye : l’aïd sans Kadhafi ?

Les quelques jours qui viennent de passer ont été riches en événements en Libye avec une avancée offensive des révolutionnaires libyens qui ont pris plusieurs villes et sont sur le point de rafler Tripoli au nez et à la barbe de Kadhafi.

Ainsi, les révolutionnaires ont pris la ville côtière de Zliten (à 150 kilomètres de Tripoli) et surtout Zaouïah, point stratégique à une quarantaine de kilomètres de la capitale libyenne, qui comme l’avait indiqué Webdo, dans l’article «Et si la fin de Kadhafi était proche ?», «représente un verrou conséquent sur la route reliant la Tunisie à Tripoli». Cette prise avait provoqué, samedi 13 août, une explosion de joie de la part de Libyens vivant à Tunis, et particulièrement du côté de la cité Ennasr, qui avaient manifesté leur liesse à l’aide de klaxons et de danses au milieu de la chaussée. D’autant plus que cette prise était comme une annonce à la chute de Tripoli…

Seul côté négatif à l’avancée des révolutionnaires : la ville de Brega. Après avoir annoncé la reprise de cette zone industrielle, les révolutionnaires ont été obligés de se retirer de là, et ce, à cause des bombardements des forces pro-Kadhafi. Cependant, les premiers continueraient à y contrôler trois quartiers résidentiels.

Le but principal des anti-Kadhafi étant de détrôner le leader de la Jamahiriya, ils ne pouvaient que prendre possession de Tripoli. Une prise qui sonnerait le glas de Kadhafi et qui verrait beaucoup de bruit.

D’ailleurs du bruit, il y en a eu puisque, ce matin très tôt, quatre puissantes explosions se sont faites entendre dans la capitale, et ce, pendant que les avions de l’OTAN survolaient la ville. La nuit de samedi à aujourd’hui n’a pas été de tout repos puisque les habitants ont entendu des explosions et des échanges de tirs. Des manifestations contre Kadhafi et des affrontements «impliquant» des révolutionnaires auraient eu lieu à Tripoli.

Cependant, la situation est encore confuse à Tripoli entre ce qu’annoncent les anti et les pro-Kadhafi, chacun tirant la victoire finale à lui. Ainsi, d’après Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement libyen, «les volontaires et les forces libyennes seraient venus à bout des insurgés qui s’étaient « infiltrés » dans la capitale, dans des quartiers comme Tajoura, Soug Jomaa ou Ben Achour».

De son côté, Kadhafi ne reste pas les bras croisés et a donné de la voix en adressant un message audio qui a été passé sur la télévision officielle, dans lequel il s’en est pris directement à la France : «Le peuple libyen ne laissera pas son pétrole aller en France. Il ne permettra pas que les complices de la France gouvernent la Libye».

Quant aux révolutionnaires, ils annoncent dans une vidéo que la fin du leader de la Jamahirya est proche. Ils ont déjà gagné une victoire en Tunisie. Notre pays n’est plus neutre puisqu’il a pris parti officiellement pour les révolutionnaires en reconnaissant le «Conseil national transitoire libyen comme le représentant légitime du peuple libyen».

En tout cas, les heures et même les jours à venir risquent d’être très durs pour les Tripolitains. Si Tripoli tombe, c’est tout le régime de Kadhafi qui s’écroulera comme un château de carte. Peut-être que les Libyens, à l’instar des Tunisiens et des Egyptiens passeront un Aïd-el-Fitr sans leur dictateur. Cela serait un véritable cadeau du ciel !

Commentaires:

Commentez...