People et nostalgies – Il était une fois Habiba Messika

Sa biographie est des plus brèves. Née en 1895, elle périt dans un incendie provoqué par son amant Mimoun en 1930.

Après avoir fait ses premiers pas dans le théâtre, elle enregistra ses premiers disques en 1926 avec la maison Pathé.

Ensuite, en 1928, elle ira en Allemagne pour deux mois et enregistrera plusieurs de ses chansons les plus connues. En 1929, elle se produisit aussi en France et en Italie.

Au sommet de sa carrière, elle fut victime de la jalousie de son amant, Mimoun Chiche, un fermier de Testour. Ce dernier la brûla vive dans sa demeure de la rue Durand Claye (actuelle rue Borj Bourguiba).

Emmenée d’urgence à la clinique Ganem, Habiba Messika décède le 21 février 1936. Sa mort suscite un vif émoi et près de 5000 personnes suivent son cortège funèbre jusqu’au Borgel, sa dernière demeure.

La belle juive de Tunis avait des fans dans toutes les communautés de la ville. Ses « asker ellil » (soldats de la nuit) la nommaient « amirat el tarab ». Quant à ses chansons, il n’en reste que quelques duos avec Khemais Tarnane et quelques tubes comme « Habibi lawwal » qui renait à l’occasion de nos fêtes.

Commentaires:

Commentez...