Opinion – Orange Tunisie retire sa bannière !?

Dans cet article, nous voudrions soulever un fait qui démontre la vulnérabilité des médias électroniques tunisiens. Nous relatons ici l’expérience que nous, Webdo, venons de vivre avec l’opérateur privé Orange Tunisie.

Mercredi, nous avons reçu un bon de commande de la part d’une agence de communication, ayant pour objet l’insertion d’une bannière publicitaire durant 10 jours, pour le compte de son client Orange Tunisie.

Vendredi, deux jours après, l’agence en question reçoit un ordre de son client pour arrêter ladite campagne sur Webdo. Évidemment, les annonceurs ont le libre choix des supports sur lesquels seront placés leurs investissements. Et nos articles reflètent notre engagement à relater les faits tels qu’ils sont et nous nous faisons un honneur de rapporter à nos lecteurs, dans la plus grande transparence.

Le plus important dans cette histoire est de déterminer où s’arrête l’influence des annonceurs sur la survie des médias électroniques tunisiens et de remettre en question le business modèle utilisé. Reposant uniquement sur la publicité en ligne et démuni de toute autre source de revenus, le média électronique tunisien, contrairement à la vente du support papier pour les médias classiques, voit sa crédibilité facilement remise en cause.

Est-il possible de créer une source de revenu qui nous permette d’être totalement ou partiellement indépendants ?
Doit-on choisir le modèle de Mediapart, sans annonceurs, et qui compte sur ses 400 mille abonnés (Mise à jour: 52 mille abonnés. Les 400 milles concernent la vente de l’hebdomadaire Canard Enchaîné) ? Ou devenir comme Nawaat ; un site de bénévoles militants pour la vérité ?.

Commentaires:

Commentez...