Censure : l’ATI refuse et fait appel du jugement


Dans un tweet, Moez Chakchouk, PDG de l’Agence Tunisienne de l’Internet, annonce aujourd’hui que « l’ATI décide de faire appel du jugement et demandera la suspension de l’exécution auprès de la cour d’appel de Tunis. »

Rappelons que, jeudi dernier, un tribunal de première instance avait prononcé un jugement en référé à l’ ATI pour fermer tous les sites à caractère pornographique, et ce, suite a une demande d’un groupe d’avocats qui avaient jugé que les sites X présentaient un danger évident pour les enfants et ne convenaient pas aux valeurs musulmanes de la Tunisie.

Contacté sur ce sujet, Moez Chakchouk confirme la nouvelle et ajoute qu’une conférence de presse est programmée pour l’occasion mardi matin à 9 h.

La nouvelle a été bien accueillie par les internautes tunisiens et par tous ceux qui se sont opposés à toute forme de censure. Ceci dit, l’appel du jugement de l’ATI ne signifie pas l’abolition à jamais de la censure de la toile chez nous.

Un bras de fer s’annonce entre les défenseurs de la liberté, l’ATI et le gouvernement. Il est possible qu’il aboutisse à la création d’un organisme indépendant, en dehors des locaux de l’ATI, qui aura pour rôle la censure, le filtrage et le muselage de nos droits les plus fondamentaux. Rien n’est encore gagné !

Commentaires:

Commentez...