Geôliers, chômage et immigration au cœur du débat avec Beji Caïd Essebsi


Le débat animé par les journalistes des chaines Hannibal TV, Nessma TV et la télévision tunisienne nationale, dimanche soir a permis au premier ministre Beji Caid Essebsi de s’exprimer sur des sujets sensibles pour lesquels la majorité des tunisiens attendaient des explications.

Ainsi, à la question de savoir pourquoi des personnes de l’ancien régime circulent encore impunément, le premier ministre a décrété s’être dissocié délibérément des procédures judiciaires post révolutionnaires entamées.

Concernant les évasions successives d’un grand nombre de prisonniers de plusieurs prisons à travers le pays, Beji Caid Essebsi a rappelé que beaucoup d’établissements publics étaient en crise et que les geôliers demandaient des augmentations au même titre que les éboueurs. Il a malgré tout déploré cette course aux augmentations, arguant que les caisses de l’Etat étaient déjà au plus bas et qu’elles suffisaient à peine pour la distribution des salaires eux-mêmes.

Selon lui, la coïncidence des évasions est due à la présence de postes de télévision dans les prisons qui rendaient à présent toutes tentatives contagieuses et encourageantes. Cette synchronisation des évasions dans le temps sème cependant le doute sur l’explication donnée par le premier ministre, point que les interviewers ont omis de relever.

La situation aux frontières a été également soulevée. Le premier ministre a déclaré que les militaires assuraient la garde et qu’ils essayaient de filtrer au maximum les passages. Il a cependant ajouté que l’on ne pouvait humainement pas empêcher des blessés venir sur notre territoire pour se faire soigner.

Parallèlement, au sujet de l’immigration et suite à la réaction européenne à l’octroi de laissez-passer par le gouvernement italien aux émigrés tunisiens, Beji Caid essebsi a comparé le cas des 330000 personnes accueillies à bras ouverts par nos soins, à nos frontières, aux quelques immigrés que les pays européens auraient pu accueillir à raison d’une centaine chacun, et sans que cela leur pose aucun problème.

Le gouvernement fait des efforts pour créer des emplois dans les régions reculées du pays. Selon le premier Ministre, 1000 nouveaux emplois seront créés à Kasserine. Egalement, il annonce que 60 000 nouveaux emplois verront le jour entre Sidi Bouzid, Jendouba et Kairouan, entre autres, dans des sociétés de production laitière.

La Tunisie a même été invitée pour le G8. Beji Caid Essebsi caractérise cette nouvelle comme une première. Selon lui, cette invitation se justifie par le fait que la révolution que vit notre pays est une révolution « saine ». Un programme est en cours de préparation dans ce sens. Le premier Ministre met cependant en garde contre de futurs troubles qui pourraient mettre en péril l’arrivée d’éventuels futurs investissements. Il assure que si la situation ne s’améliore pas, des milliers d’emplois seront perdus chaque mois, notamment dans le tourisme.

Enfin, Beji Caid Essebsi annonce que la date des élections de l’assemblée constituante est maintenue et sera pour le 24 juillet 2011 « sauf cas de force majeure ». Il précise que l’organisation des élections ne lui incombe pas mais qu’elle est à la charge d’une commission à la disposition de laquelle, le gouvernement se contentait de mettre les moyens financiers et matériels. Il s’étonne tout de même de la trop faible quantité d’informations et de communication diffusée par les partis en lisse.

Le premier ministre conclue l’interview en déclarant que dorénavant, tout serait dit et en toute transparence, puisque les tunisiens le demandaient.

Des questions restent malgré tout en suspend. Le premier ministre n’est pas entré dans le détail sur tous les points évoqués.

Commentaires:

Commentez...