Des émigrés tunisiens squattent un bâtiment parisien pour revendiquer des logements

La Banderole déployée par les Tunisiens

Une centaine de jeunes émigrés tunisiens, ayant bénéficié de la carte de séjour temporaire Schengen après leur débarquement sur l’île italienne de Lampedusa, sont arrivés à Paris où ils ont investi un bâtiment appartenant à la ville, et ce, selon le journal français Le Monde. Cette occupation a été revendiquée par le Collectif des Tunisiens de Lampedusa à Paris.

Sur ce bâtiment, situé dans le 9e arrondissement, ils ont accroché une banderole sur laquelle était inscrit : « Ni Police, Ni Charité, Un lieu pour s’organiser ». Suite à cela, la police a déployé un mince dispositif pour parer à toute éventualité.

D’après le quotidien Le Figaro, ce squatte n’est pas une action contre la Mairie de Paris, dont le maire, Bertrand Belanöe est, rappelons-le, né en Tunisie, et plus précisément à Bizerte. Cette action est, en fait, un appel au gouvernement français pour obtenir des logements acceptables.

Il est à noter que la police française ne cesse de multiplier les arrestations d’émigrés et leur placement en garde à vue. Rien que dimanche dernier, trois Tunisiens ont été reconduits à la frontière malgré leur permis de séjour temporaire délivré par l’État italien.

Commentaires:

Commentez...