Télécommunications, l’UGTT à la chasse du 7

Le préfixe 7, qui suite à l’arrêté du ministre des Technologies de la Communication datant du 10 août 2001 et amendé le 2 décembre 2009 avait été dédié à la téléphonie fixe, a fait dernièrement l’objet d’une motion de l’UGTT et précisément de la fédération des télécommunications et de la Poste.

Pour les syndicalistes, le préfixe 7 renvoie à la fameuse date du 7 novembre. Pour eux, il faut changer ce numéro. Cette fois, les syndicalistes sont à côté de la plaque.

Premièrement, pour tout changement, il faut un chambardement du plan du numérotage.

Deuxièmement, cela demande un changement de toute la paperasse des ministères, des entreprises et des personnes, à commencer par les cartes de visite des simples citoyens en passant par les documents officiels et autres.

Troisièmement, il faut mettre en place une campagne de communication pour faire passer ce changement auprès des citoyens. Aucun opérateur de télécoms ne peut accepter un tel chambardement.

Retour à l’arrêté du ministre des Technologies de la communication: il stipule, dans son 5ème article, que le premier chiffre des numéros des plages identifie le type de services des télécommunications ouverts au public et auxquels sont affectées les ressources de numérotation.

Le chiffre « 1 » est dédié aux services d’intérêt général, services spéciaux et les services internet. Le chiffre « 8 » est destiné aux services des réseaux intelligents et services à valeur ajoutée des télécommunications. Pour les chiffres « 2 », « 3 », « 4 », « 5 », « 7 » et « 9 », ils sont réservés aux services de télécommunications téléphoniques. Le chiffre « 6 » est réservé.

L’arrêté est clair, il ne mentionne aucune référence à 7 novembre. Et si on suit ce raisonnement, on va chasser le 7 de partout, à commencer par le « 7 de carreaux » des jeux de cartes en passant par le 7 du calendrier…

Commentaires:

Commentez...