Qu’est-ce que « Clinton » nous veut ?

 
Les grandes personnalités politiques ne cessent de s’inviter chez nous depuis le 14 janvier 2011 et la fuite de l’ex-président Ben Ali.

Premier pays du monde arabe à avoir réussi sa révolution en poussant vers la sortie son dictateur, la Tunisie a fait entrer le Monde arabe dans une nouvelle ère. Une ère qui intéresse et intrigue à la fois, l’Europe et les États-Unis.

Ainsi, après la visite de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, mi-février, apportant le soutien de l’Europe au processus de transition dans nos contrées, puis celle de deux sénateurs américains, John McCain et Joseph Liberman, plusieurs autres personnalités devraient débarquer dans les prochains jours.

La ministre des affaires étrangères américaine Hilary Clinton est attendue, parmi nous, entre le 15 mars et le 17 mars. Cette visite sera une première depuis sa nomination dans le gouvernement d’Obama.

Des forces nationalistes affirment que la visite de Clinton en Tunisie aurait pour but de préparer le terrain afin d’utiliser l’espace aérien, maritime et terrestre de notre pays pour conduire d’éventuelles attaques contre la Libye. Ces informations circulent avec insistance sur le réseau Facebook et de nombreux appels invitent Béji Caïd Essebsi à refuser toute ingérence étrangère militaire, ou même politique, en Libye.

Par ailleurs, aujourd’hui, une centaine de manifestants se sont rassemblés près du ministère de l’Intérieur en brandissant des banderoles anti-américaines, rapporte l’AFP.

Commentaires:

Commentez...