Opinion – Message à ceux qui sont contre le Sit-in de La Kasbah


Oui le pays a un besoin vital de se remettre au travail et d’arrêter ces sempiternelles manifestations
Oui le tunisien souffre d’un déficit dramatique de sécurité
Oui l’hydre du chaos et d’une prise de contrôle par l’armée plane sérieusement sur nos têtes
Oui nous avons tous besoin de nous unir derrière le gouvernement de transition et l’aider à remettre le pays sur ses pieds
Oui à ce rythme nous courons vers la faillite économique nationale

Les Tunisiens et les Tunisiennes sont tous unanimes sur ces points y compris les manifestants de La Kasbah !
Contrairement à ce que vous pouvez croire les manifestants de la Kasbah ont les mêmes objectifs et les mêmes aspirations que vous : vivre en sécurité dans un pays démocratique et écarter tout risque d’échec de la révolution ! Et ils ne sont manipulés par personne ni par l’UGTT ni par Ennahdha ! Mais alors pourquoi n’arrêtent ils pas leur sit-in me direz-vous ?

Avant de répondre à cette question, sachez pour votre gouverne que tout processus révolutionnaire passe par les 2 premières étapes suivantes :

Etape 1 : Destitution du Dictateur

Etape 2 : Mise en place d’une Assemblée constituante élue au suffrage universel

Or, et c’est pour cela que le sit-in de La Kasbah continu, depuis le 14 janvier nous sommes au point mort : le président de la République et le gouvernement provisoires nous mènent en bateau.
Ils nous parlent de tout sauf d’élection mais cumulent les forfaitures (involontaires ?) : nominations scandaleuses de ministres et gouverneurs rcdsites, farce du Trésor de Ben Ali Baba, incapacité de nous dire si oui ou non le dictateur est mort, statu quo sur la dissolution des deux chambres, silence sur le sort des mafieux arrêtés, création de deux commissions (sur la corruption et sur les exactions) qui ne font que noyer le poisson, etc.

Le gouvernement provisoire n’a plus aucune crédibilité et il clair que les forces obscures ont réussi, pour l’instant, à le tirer en arrière. C’est un scenario à la 1987 qui se déroule : vent éphémère de liberté qui mène à l’élection d’un nouveau dictateur

Alors je vous pose la question suivante en toute âme et conscience :
Devons nous baisser les bras et accepter que l’on nous vole notre révolution et redémarrer l’économie dans une perspective de dictature ?

Certes répondre oui est tentant car nous avons tous des intérêts et des acquis à perdre. Notre premier reflexe et de vouloir penser que la révolution est terminée et qu’il faut reprendre le travail et laisser le Gouvernement agir.
Et bien non !

Au lieu de penser à ce que vous allez perdre, pensez à ce que vous allez gagner.
Au lieu de penser chaos et insécurité, pensez à l’avenir prospère qui s’ouvre à nous.
Faites que vos enfants soient fiers de vous plus tard.

Alors de grâce ne vous trompez pas de cibles et d’objectifs et soyez à la hauteur de l’événement historique que vit la Tunisie. Le plus gros fait, vraisemblablement : le 3 mars un tournant de l’Histoire va être pris avec le discours du Président provisoire.

N’ayez crainte notre économie peut encore souffrir quelque temps mais nous devons tous être unis pour la mise en place d’une Assemblée constituante tel est notre destin, tel est notre devoir.

Mehdi Ben Ayed
Chef d’entreprise

Commentaires:

Commentez...